Premier arrivé, premier servi : la loi du shotgun à l’emlyon

Premier arrivé, premier servi : la loi du shotgun à l’emlyon

À l’emlyon il y a beaucoup de choix à faire et souvent peu de temps pour se décider. Qu’il s’agisse de choisir ses cours de langue, de sport, ou ses cours électifs, mieux vaut être réactif.

Les places sont chères – comme le laissent sous-entendre les frais de scolarité. Faute d’avoir trouvé un meilleur mode d’attribution, le premier arrivé est le premier servi. Source de frustration, ce système est pourtant également utilisé dans la vie associative. Avec des centaines (voire des milliers) d’étudiants voulant participer à un même événement au nombre de places limité, il y a forcément des déçus. Heureusement, ne pas avoir sa place de SAT – une véritable tragédie – pose moins de problèmes que de ne pas avoir eu le cours de son choix. En effet, imaginez la déception que l’on peut ressentir en apprenant qu’au lieu d’assister au cours d’anglais « Successful interviews », dans le but de se préparer à sa recherche de stage, on puisse se retrouver dans le cours « Understanding India » ? C’est… presque pareil.

Se tenir prêt à tout instant

Afin d’éviter le plus possible ce genre de déception, ce rapport regroupe une liste la plus exhaustive possible des différents choix à faire à l’emlyon dans la vie associative et académique. Avant ca, il y a quelques astuces qu’il faut connaître. Comme vous allez bientôt vous en rendre compte, Facebook est le meilleur ami de l’emlien en matière de shotgun. On y trouve les dates de tous les shotguns associatifs et pour certains événements, les places s’achètent sur Facebook. Pour chaque événement, beaucoup de places sont revendues sur Facebook. Pour ceux qui ne veulent pas faire la queue pour leur place (jusqu’à 1h30 pour avoir une place de SAT), c’est très pratique. Les groupes de promo servent aussi de rappel pour ceux qui ont du mal à suivre. Souvent, avant un choix académique important (inscription à des cours, livrables « surprise » etc.), une âme charitable poste l’info sur Facebook. Souvent… Donc pas toujours. Mieux vaut savoir utiliser les différentes plateformes de l’école pour être sur de ne rien rater (voir la dernière section du dossier).

Par Thomas Khelifi , responsable du dossier et étudiant en deuxième année