Le conseil en développement durable : interview de Solène, étudiante en quatrième année à emlyon business school

Le conseil en développement durable : interview de Solène, étudiante en quatrième année à emlyon business school

Étudiante en quatrième année à emlyon business school, Solène a été embauchée en tant que stagiaire chez Deloitte Développement durable en janvier 2021. Elle revient pour nous sur sa mission auprès d’une grande entreprise de la restauration rapide et la mise en place du tri sélectif, mais aussi sur ce qu’elle retire de son parcours à emlyon ainsi qu’à Sciences Po Lyon dans le cadre du double-diplôme avec l’institut de sciences politiques. 

Bonjour Solène ! Peux-tu commencer par te présenter ? 

Je m’appelle Solène, je suis étudiante en quatrième année à emlyon business school. J’ai intégré emlyon après une prépa ECS. Je suis en double-diplôme avec Sciences Po Lyon, où je suis le Master 2 Globalisation et Gouvernance. Je suis stagiaire chez Deloitte Développement Durable depuis janvier.

Comment as-tu trouvé ton stage, et pourquoi avoir choisi Deloitte ?

Le développement durable était un domaine qui m’intéressait. J’ai postulé auprès de plusieurs sociétés de conseil en développement durable.

Deloitte développement durable est un pôle à part qui fait partie du service Risk Advisory de Deloitte. Nous sommes actuellement plus d’une centaine à travailler au sein du pôle développement durable, répartis sur différents champs d’étude : économie circulaire, agribusiness, biodiversité, énergie, carbone, climat, finance responsable et d’autres encore. C’est notamment la variété des pôles qui m’a plu chez Deloitte. 

Pour quels clients as-tu eu l’occasion de travailler, et sur quels axes de transformation ? 

Je suis chargée d’une mission pour la filière française d’une grande entreprise de la restauration rapide. Je participe au déploiement des collectes de tri sélectif et de biodéchets dans les restaurants de cette entreprise situés en France. C’est une mission sur laquelle l’équipe travaille depuis plusieurs années.

Certains de nos clients sont des entreprises privées : des entreprises de la grande distribution sur leurs filières agricoles, que nous accompagnons dans la mise en place de filières en faveur d’une augmentation des taux de recyclage de leurs déchets. Mais nous travaillons aussi pour des acteurs publics. Par exemple l’ADEME (ndlr : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), des collectivités territoriales ou encore des institutions de l’UE telle que la Commission Européenne.

Comment accompagnez-vous cette entreprise de restauration rapide concrètement dans cette mission ?

Notre mission se déroule dans le cadre de l’application du Décret 5 Flux de 2016 sur le tri des déchets. Nous gérons tout le processus d’instauration du tri sélectif du début à la fin. Nous nous occupons d’identifier un système de collecte et de trouver le centre de tri qui pourra valoriser les déchets. Nous sommes présents jusqu’à la signature des contrats et la mise en place réelle du tri des déchets. Finalement, juste avant que les collectes ne commencent, nous formons sur place le personnel aux consignes de tri des déchets. 

Qu’as-tu appris pendant ces trois mois de stage ?

J’ai appris beaucoup de choses sur l’économie circulaire : le tri des déchets, les ordures ménagères, les réglementations et lois sur l’économie circulaire, et la manière dont le tri est actuellement effectué en France. Chez Deloitte Développement Durable, nous avons plein d’opportunités pour nous informer sur les thématiques du développement durable. Par le biais d’abord de conférences organisées par Deloitte toutes les semaines, ensuite par les réunions de pôles qui ont lieu régulièrement et qui permettent à tous les collaborateurs de discuter de ces thématiques, d’échanger sur leurs missions respectives, d’échanger sur les conférences qui ont eu lieu.

Quelles compétences apprises à emlyon ou à Sciences Po Lyon t’aident à mener à bien les tâches que tu dois réaliser dans le cadre de ton stage ?

Sciences Po m’a apporté une plus grande ouverture d’esprit, des connaissances concernant le secteur public ainsi que des capacités d’analyse et synthèse. C’est finalement un double-diplôme qui se complète bien.

À emlyon, j’avais suivi beaucoup de cours qui traitent des questions sociales et environnementales. J’avais particulièrement aimé le cours de deuxième année intitulé « Adaptation des entreprises aux enjeux climatiques », assez poussé et technique mais cependant très complet.

S’il n’est pas nécessaire d’être un grand connaisseur sur toutes les thématiques que recouvre le développement durable, il est cependant important de s’y intéresser par soi-même et de rester curieux : il faut être prêt à apprendre beaucoup de choses concernant le secteur sur lequel porte la mission dont on est chargé. Je finirais par dire l’organisation, la rigueur et l’autonomie.

Plus globalement, emlyon m’a apporté plein de choses utiles : une ouverture sur différents sujets, qu’apporte notamment le stage effectué à l’étranger dès la première année, des qualités relationnelles ou encore l’autonomie dans le travail. Par ailleurs,  le côté collectif très présent dans l’école autant au niveau des cours que des évènements associatifs nous prépare au monde de l’entreprise. 

Pourquoi le conseil finalement ? Quels sont selon toi les avantages du conseil pour s’engager dans le développement durable ?

Le secteur du conseil est très stimulant et formateur, c’est une très bonne étape pour avoir une vision d’ensemble des métiers du développement durable. C’est une expérience très valorisante qui permet de développer des compétences qui seront utiles tout au long de son parcours professionnel. C’est très formateur et cela nous apprend des choses qui nous serviront aussi pour d’autres métiers. Cela donne une ouverture sur tout ce qui se fait dans le développement durable. 

En ce qui concerne mon impact sur l’environnement, je dirais que sur une mission opérationnelle comme la mienne, je vois réellement le fruit de nos efforts. 

Des conseils pour les étudiants qui voudraient se lancer dans le conseil ? 

Beaucoup d’opportunités de s’investir pour le développement durable existent aujourd’hui. C’est un secteur d’avenir qui offre de belles carrières. Chez Deloitte développement durable, nous sommes actuellement plus d’une centaine et c’est un pôle en pleine croissance.

N’hésitez pas à rester curieux et à vous renseigner de votre côté, participez aux événements du Noise, discutez avec les gens. 

Si le conseil en développement durable vous intéresse, n’hésitez pas à miser sur une expérience dans le développement durable autre que le conseil. Par exemple, toute expérience dans l’Economie sociale et solidaire sera  appréciée.

Par Marie Maurer, rédactrice à Verbat’em