Le M

Finance de marché : Interview de Paul FOULONNEAU, gérant d’actions

Par Mathieu Blas

Paul est un jeune gérant d’actions de 26 ans, ancien étudiant de l’Université Paris-Dauphine, qui a accepté de nous éclairer sur son parcours et sa profession au cœur de la finance de marché.

Bonjour Paul, peux-tu te présenter rapidement (âge, études, travail actuel) ?

Bonjour et merci d’avoir pensé à moi pour l’interview. Je m’appelle Paul, j’ai 26 ans et je suis gérant d’actions chez Inocap Gestion. J’ai fait mes études à l’Université Paris-Dauphine en alternance où j’ai commencé à travailler dans le secteur de la Finance. Je suis aujourd’hui spécialisé dans les actions Micro/Small caps françaises.

Comment en es-tu arrivé à ce poste ?

Comme je viens de l’évoquer, j’ai eu la chance d’effectuer un master en alternance à Dauphine. C’est dans ce cadre-là que j’ai intégré Inocap gestion en tant qu’assistant de gestion. Trois ans plus tard je suis devenu gérant au sein de cette même société.

Peux-tu nous expliquer en quoi ton travail consiste ?

Concrètement, je gère plusieurs FCPI, ce sont des fonds fermés d’une durée d’environ 6 ans où j’investis dans des PME qualifiées d’innovantes. En parallèle, je co-gère un OPCVM également spécialisé dans les Small caps innovantes françaises. Pour ce faire, j’étudie les sociétés ayant les critères pour intégrer les portefeuilles, je rencontre le management et visite les sites de ces dernières. Une fois ce travail effectué, il faut réussir à acheter des titres de la société. Il faut savoir qu’il n’est pas évident de trouver de la liquidité sur les small caps françaises. Je suis constamment au téléphone avec les brokers pour établir des stratégies afin de trouver/créer de la liquidité dans le marché. Dans le même temps, il faut suivre les sociétés déjà en portefeuille, gérer les événements de marché, gérer les contraintes de risques et réglementaires… C’est un métier très complet finalement !

Qu’est ce qui t’a attiré dans la finance et plus spécifiquement dans la finance de marché ?

Mon métier est un mélange entre finance d’entreprise et finance de marché, c’est ce qui m’a attiré dans la gestion d’actifs.  Si on parle plus de finance de marché, j’apprécie le côté non monotone du domaine, il se passe toujours quelque chose. Sur les marchés, chaque jour est différent. Ils sont un reflet du monde. N’importe quelle décision ou événement dans le monde peut avoir une répercussion sur les marchés. Il faut être aux aguets ! (sourires)

Quelles qualités/compétences sont nécessaires dans ce domaine ?

Les qualités nécessaires… (pause) Je dirais rigueur, réactivité et curiosité.

Rigueur tout d’abord parce que l’on s’occupe de gérer de l’argent venant d’entreprises ou de particuliers. Il ne faut pas commettre d’erreurs qui peuvent être susceptible de faire perdre de l’argent. On nous demande de gérer l’argent d’autrui, et ce dernier nous fait confiance. On ne peut se permettre de trahir leur confiance ou de les décevoir.

Réactivité ensuite. Les marchés financiers ne sont pas un long fleuve tranquille. Il se passe toujours quelque chose. Par conséquent, il faut être prêt à réagir en permanence, prendre des décisions réfléchies rapidement.

Curiosité enfin. Il faut s’intéresser aux entreprises qu’on étudie, essayer de challenger le management, trouver la petite bête…

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants de emlyon ?

N’ayant pas fait un cursus à emlyon, je ne suis peut-être pas le plus à même de les conseiller. Toutefois, l’image de la finance est souvent écornée et différente de la réalité. J’invite les étudiants qui ont les qualités requises pour ce métier à s’y intéresser même si pour l’instant cela ne fait pas partie de leur plan de carrière. C’est un métier très complet mais qui n’empêche pas de concilier vie professionnelle et vie personnelle. Pour finir, renseignez-vous, informez-vous, n’hésitez pas à contacter d’anciens étudiants qui exercent aujourd’hui. On apprend parfois plus en discutant avec des professionnels qu’en suivant des cours… (rires)