Le M

Choisir son stage

Les Missions : Se poser les bonnes questions

Le stage en fin de 1er année est, pour beaucoup de 1A, la premier long stage et de plus à l’étranger. Il est donc important. Ce n’est cependant pas le dernier stage qui sera réalisé avant la fin de la scolarité à  l’EM. Il y a deux approches très différentes quant à ce stage : l’approche carriériste («le stage doit faire bien sur mon CV!»), et l’approche découverte/voyage (« de toute façon j’aurai le temps de faire carrière plus tard, là je veux surtout voyager et tester des choses»). Pour rentrer dans les exemples types, ce serait la banque d’affaires à Londres d’un côté et la startup en Amérique Latine de l’autre. Que choisir? 

Il n’y a pas un type de stage qui est meilleur que les autres. Il s’agit de trouver, dans la mesure du possible,  le meilleur stage pour soi. C’est-à-dire le stage qui répond à tes exigences qui complète ton  parcours (tant professionnel que personnel). À quoi ressemble un tel stage concrètement? Malheureusement il n’y a pas de formule magique.  Tu trouveras ici quelques pistes pour t’aider dans ta réflexion et quelques exemples de stage à la fin du dossier.

Qu’est-ce-que tu veux faire plus tard ?

Si tu sais, c’est (plus) facile. Le choix du stage peut se faire de façon à être cohérente avec le projet pro. Si tu rêves de travailler un jour dans le conseil en stratégie par exemple, regarde quelles sont les expériences requises et essaye de trouver un stage qui te permet de valider certaines de ces exigences. Ca te permettra de bâtir un CV solide et d’être prêt.

Si tu ne sais pas, il faut tester quelque chose. Quels cours t’ont plu? Ca peut t’aider à trouver des pistes. Essaie soit de trouver un stage qui te permet de tester des domaines différents ou choisit un stage qui te permet de savoir de façon définitive si tu aimes un domaine ou non. Prend en compte d’autres critères comme la langue. 

Le stage ce n’est pas que pour le CV. Quoi qu’il arrive, il n’y a pas de stage inutile. Même si tu choisis un stage dans un domaine qui  ne te plait pas, cette expérience t’aura appris des choses. À minima, il t’aura permis de préciser ton  projet pro en découvrant ce que tu n’aimes pas. 

Qu’est ce que tu veux apprendre ?

Un stage, tout particulièrement un stage à l’étranger, est une expérience riche. Il s’agit d’apprendre des choses pendant ton stage: évite le stage « café/photocopie», 6 mois c’est long… 

Tu peux choisir ton stage par rapport à ce que tu veux apprendre. Si tu veux te spécialiser ou acquérir des hard skills, peut-être qu’il vaut mieux privilégier les stages dans une grande structure, avec une mission claire et limitée dans son objet. 

Si au contraire tu veux plutôt développer des soft skills et ta capacité à être polyvalent, la petite entreprise (ou la startup) peut être plus adapté. À côté des compétences pro, il y a beaucoup de choses qu’on peut tirer de son stage : apprendre une langue, découvrir un pays, une culture, apprendre sur soi etc. 

La Destination : L’ expérience d’Isabelle Devars, Responsable de Mission 

En Europe

L’ Allemagne: il y a beaucoup  d’offres d’autant que les allemands ne nous considèrent pas comme des stagiaires 

Les Pays scandinaves : très peu d’offres ce sont des « pays assez hermétiques» où le statut de stagiaire n’existe pas. Le coût de la vie est aussi très cher.


En Amérique 

L’ Amérique du Nord : il y a beaucoup d’offres sur iAgora mais il est difficile d’obtenir un visa, les entreprises sont de plus en plus réticentes pour sponsoriser les stages.

L’ Amérique  latine : « la vie coûte peu cher, mais vous n’êtes généralement pas payés pendant les six mois. En Amérique du Sud, c’est plus cool au niveau des conditions de travail, mais vous faites un peu de tout alors que d’autres font la même chose pendant les six mois. Ce ne sont souvent par contre pas des stages très poussés, donc il y en a pour qui ça ne correspond pas..» 


En Asie et Océanie 

L’ Asie : « L’Asie est à double-tranchant. Au niveau du Vietnam, Cambodge, ce sont surtout des petites start-ups. Il y a la barrière de la langue, la culture, donc là ça peut être valorisant pour certains. Mais pour ceux qui ne sont pas débrouillards, qui ne sont pas partis avant, ça peut être compliqué. Ils travaillent douze heures par jour, donc il faut être préparé à ça. »

L’ Australie : «lieu où les stages sont valorisants. La vie y est par contre très chère.  »