Une année très intense : Le bilan de la Corpo sortante
Le Mandat Corpo 2018-2019

Une année très intense : Le bilan de la Corpo sortante

Après une année d’activité, il est temps pour la C-3corpo de tirer sa révérence, et pour son président Nicolas Gueritte, de faire le point sur les avancées de son mandat. Nouvelles responsabilités, réalisations et projets à poursuivre, il revient sur les évolutions.

Propos recueillis par Nicolas Multon, Vice-Président de Verbatem


Le Mandat Corpo 2018-2019

Le bilan du mandat : Un rôle renforcé entre l’administration et les étudiants

Les missions de la corpo ont-elles évolué par rapport au début du mandat, notamment avec la nouvelle direction ?

Le mandat corpo que nous avons vécu cette année a été l’un des plus intenses. D’une part grâce aux missions et aux projets que nous avons menés, d’autre part suite au changement de Direction qui a été acté. Nous avons toujours travaillé en collaboration avec la Direction de l’école. Cette relation s’est approfondie sur 3 axes particuliers, amenant nos missions à se développer.

Tout d’abord, nous avons beaucoup travaillé pour rapprocher davantage la Direction, la corpo et les associations étudiantes. La confiance entre la direction et notre mandat corpo nous a amené à collaborer et échanger sur de nombreux enjeux stratégiques de l’école comme la construction du futur Hub de Gerland, le changement de statut juridique du groupe et le développement de la Fondation emlyon. Cette proximité nous a permis de mettre en avant le point de vue et les intérêts des étudiants. 

Ce travail ne nous a cependant pas empêché d’avancer avec la Direction sur de nouveaux sujets opérationnels. Les changements à la Direction du Programme Grande Ecole avec l’arrivée de Mme Hector ont permis une réforme ambitieuse mise en place dès septembre pour tous les nouveaux étudiants. Profitant de la confiance établie avec la Direction du Programme, nous avons pu expliquer aux étudiants les récents changements, recenser les différentes demandes pour les juxtaposer à la vision du Programme et avancer. Cela a été le cas pour la localisation des stages pour les AST, ou encore le passage d’une durée fixe de stage de 4 mois à une durée variable de 4 à 6 mois pour les CPGE afin de permettre un bon fonctionnement de la vie associative. 

Enfin, une toute nouvelle mission est arrivée avec le changement de Direction et la réforme du PGE : la early makers’ factory. Depuis cette année, le Président du Conseil de Corporation devient co-responsable de la makers’ factory, élément essentiel du parcours d’un étudiant en PGE. Ainsi, notre mission est d’accompagner la makers’ factory et les associations afin de pouvoir valider des makers’ projects grâce à des projets associatifs. Cela signifie donc que les projets associatifs, s’ils respectent les conditions et suivent le process de la corpo, peuvent vous aider à valider des prérequis au diplôme ! 

Tous ces changements dans nos missions nous amènent donc à rencontrer la direction plus régulièrement. Ainsi, nous voyons la Direction Académique, la Direction Entreprises & Partenariats, ou encore la Direction Campus de façon quotidienne. Nous rencontrons également la Direction Générale à minima tous les quinze jours. Ces relations permettent d’avancer sur de nombreux sujets, qui ne sont pas tous visibles des étudiants. L’écoute de la Direction nous permet de nous placer en tant que véritable interlocuteur des étudiants, avec la plus grande efficacité possible. 

Avez-vous réussi les projets définis en début d’année ?

Notre mandat s’était donné 6 objectifs principaux : développer et professionnaliser la vie associative, valoriser la vie associative auprès de l’école, développer une stratégie RSE, transmettre le sens des responsabilités aux étudiants & associations, sanctionner les comportements inacceptables et rapprocher la Direction des étudiants et des associations.

Aucun objectif n’a été mis de côté. Le développement de la vie associative a été important grâce au travail “win/win” effectué avec les associations. Entre autres, nous avons organisé différents événements toujours plus importants, facilité des partenariats avec les entreprises et favorisé la création de nouvelles associations avec la réforme du statut d’Initiative Étudiante. Cette vie associative a été également davantage valorisée auprès de la Direction comme lorsqu’il fallait prendre en compte plusieurs contraintes vis-à-vis de la réforme PGE ou encore les projets associatifs permettant de valider des prérequis au diplôme comme expliqué ci-dessus. Les liens entre les étudiants et la direction ont été renforcés en organisant plusieurs rencontres (amphis avec Mme Hector et M. Chtioui, rencontre entre M. Chtioui et les délégués ainsi que les présidents d’association etc…). Enfin, la responsabilisation associative est passée par divers projets concernant les enjeux juridiques et légaux des associations, tandis que celle des étudiants était présente dans les échanges avec les délégués mais aussi les étudiants eux-mêmes, y compris lorsqu’il a fallu sanctionner des comportements qui n’étaient pas acceptables. 

Qu’est-ce que vous auriez aimé faire de plus ? 

Plusieurs projets ont pu susciter une frustration pour notre mandat, n’allant pas jusqu’au bout par manque de temps. Par exemple, un audit complet des activités et comportements étudiants / associatifs à tendance RSE a été réalisé mais n’a pas permis de dégager une stratégie RSE concrète, ce qui constituera un objectif important du prochain mandat. 

L’intégration des internationaux a été plus importante cette année grâce à l’aide du BDI. Nous avons pu leur permettre de participer officiellement à la vie et aux événements associatifs ce qui n’était pas le cas avant. Cependant, de nombreux incentives manquent pour effacer les distinctions entre étudiants français et étudiants internationaux.

Le bilan personnel : “une expérience unique qui permet de terminer l’emlyon en beauté”

Quel bilan fais-tu de ton année ?

Cette année a été définitivement la plus riche de toutes à emlyon. Être Président du Conseil de Corporation m’a permis d’en apprendre énormément sur moi-même et sur mes envies professionnelles, de revêtir un nombre de responsabilités légales comme associatives, et de rencontrer des personnes extrêmement intéressantes (étudiants comme membres de la Direction). C’est une expérience unique qui permet de terminer l’emlyon en beauté. Que ce soit de par la proximité qu’on avait avec les différentes promotions, le nombre d’événements auxquels nous avons participé, ou encore le nombre de projets que nous avons menés et qui ont eu un impact concret sur le quotidien des étudiants.

Ce fut également une année très variée. Passer d’une rencontre avec des entreprises pour les rapprocher des associations, assister aux Assemblées Générales de l’école abordant les enjeux stratégiques, aider un étudiant en situation d’extrême précarité, prendre une bière au HH pour finalement prévoir la CRA pour les 1A qui formeront le futur de la vie associative, rien de plus varié !

Quelle est la plus grande réussite ?

D’un point de vue personnel, ma plus grande réussite est de m’être autant impliqué cette année avec une régularité importante. Ce poste ne laisse pas beaucoup de place pour la vie personnelle ni pour le sommeil. Cependant, cette expérience nous apprend tellement que l’on s’implique jusqu’au bout. C’est d’ailleurs une grande réussite de tout notre mandat. J’ai rencontré et vécu une année incroyable avec une belle bande de potes, formant une nouvelle famille dont je suis tellement fier. Constituer un mandat à seulement 12, et faire face à l’ensemble des missions de la corpo a été une prouesse exceptionnelle de leur part. Ce n’est pas mon fort et je ne les remercierai jamais assez mais qu’est-ce que c’était bon !

La plus grande difficulté ?

Notre début d’année a été marqué par plusieurs faits qui nous ont fortement impactés (presse, quinzaine d’intégration, accidents de certains étudiants..). Alors que nous n’avions même pas effectué la moitié de notre mandat, ce n’était pas facile d’avancer et d’adopter un esprit conquérant suite à ces mauvaises nouvelles. Même si nous avons su gérer ces périodes, cela a constitué la plus grande difficulté pour nous. 

Une anecdote ? 

Nous avons un scope large de missions et nous avons toujours essayé d’être présents pour les étudiants même lorsque nous n’avions pas le temps. Cependant, je tiens à m’excuser de ne pas avoir répondu sur la page C3-corPO à l’étudiant souhaitant avoir des conseils sur le prochain ordinateur qu’il devait acheter selon ses cours… Je n’ai pas encore de formation informatique ! 🙂

Les conseils aux étudiants

L’erreur que font beaucoup d’étudiants lors de leur parcours ? 

Beaucoup d’étudiants se tournent vers les promotions supérieures pour obtenir des conseils, ce qui est tout à fait naturel. Cependant, en période de réforme du PGE, il est important de bien comprendre que les promotions n’ont pas toutes les mêmes contraintes / opportunités. C’est pourquoi il faut chercher l’information auprès des acteurs pertinents notamment lorsque cela concerne son parcours académique et professionnel.

Ce que tu aimerais dire à un nouvel étudiant du PGE ? 

Comme je l’ai mentionné lors de votre interview de début de mandat, je garderai le même conseil : “Profitez avec intelligence de tout ce que peut vous apporter emlyon et la vie associative”.