Le M

Utopies : accompagner les entreprises dans la prise en compte des enjeux RSE

Par Nathan Pinet

Utopies, cabinet de conseil en RSE, désire “penser le changement aujourd’hui pour inventer l’entreprise de demain”.

Les débuts

L’aventure commence en 1993 à l’initiative d’Elisabeth Laville. À l’époque, de nombreuses entreprises déplorent le caractère utopiste de la proposition de sa fondatrice, persuadée que l’entreprise doit changer pour changer le monde. C’est ainsi tout naturellement que le nom Utopies est choisi. Le cabinet née sous forme associative et a pour but d’intégrer les enjeux sociaux et environnementaux aux stratégies d’entreprise. Depuis sa création, Utopies participe à la promotion de l’agenda du développement durable en France et à l’international. Ainsi, le cabinet choisit de se considérer en partie comme un think-tank : Utopies publie régulièrement des études et notes de position et scrute l’actualité sociale et environnementale avec soin.

Depuis, le cabinet a bien grandi et accompagne des acteurs majeurs du monde économique dans leur transformation et dans leur démarche RSE. Il passe en 2017 la barre de 30 consultants, répartis entre Paris, Bordeaux et Marseille.

L’entreprise est labellisée B Corp, un label attestant de la bonne conduite RSE des acteurs économiques, depuis 2014.

C’est quoi concrètement le conseil en RSE ?

Selon wikipédia, la responsabilité sociétale des entreprises ou RSE (en anglais, Corporate Social Responsibility ou CSR) désigne la prise en compte par les entreprises, sur base volontaire, des enjeux, sociaux et éthiques dans leurs activités. Les activités des entreprises sont ici entendues au sens large : activités économiques, interactions internes (salariés, dirigeants, actionnaires) et externes (fournisseurs, clients, autres).

Les entreprises sont de plus en plus soucieuses de leur impact sur le monde économique et sur l’environnement. De ce fait, manquant parfois d’expertise dans des domaines précis, les entreprises se tournent vers des structures spécialisées ou bien vers des cabinets installés ayant développés une offre en matière de RSE. Les cabinets de conseil en RSE ont ainsi le vent en poupe. Ils font face à une demande croissante de la part de ces grandes entreprises mais aussi des PME et ETI qui cherchent à améliorer leur rapport à la société et à l’environnement.

Les missions que peuvent réaliser un cabinet de conseil en RSE sont assez variées : analyse des empreintes socio-économiques et bilans RSE, mise en place de stratégie RSE globale, amélioration du management d’un point de vue humain, optimisation de la consommation énergétique.

Les clients d’Utopies sont variés et couvrent un grand champ de secteurs : Sephora, Haribo, L’Oréal, L’Occitane, Natixis, Suez, AirFrance, Nestlé ou Mondeléz sont par exemple clients du cabinet.

Un exemple concret de mission chez Utopies : étude de l’empreinte socio-économique mondiale d’Accorhotels

Utopies a analysé les retombées socio-économiques des actions d’Accorhotels et a détaillé les types d’impact. Accorhotels souhaitait en effet connaître son impact sur le marché de l’emploi et sur la création de richesse ainsi que sa pénétration jusque dans les tissus économiques locaux.

Concrètement, voici ce que le cabinet a pu observer sur le groupe : “AccorHotels soutient environ 880 000 emplois de manière directe, indirecte et induite à travers le monde. L’activité de AccorHotels crée principalement de la richesse dans ses pays d’implantation (en d’autres termes, 83% de la valeur ajoutée générée est localisée dans l’économie du pays où les hôtels sont implantés). Le Groupe contribue à hauteur de 22,3Md€ au PIB mondial, soit un effet multiplicateur de 3,1 en termes de création de richesse économique. En France, 1 emploi direct créé par AccorHotels soutient 1,2 emploi supplémentaire dans le pays, par ses impacts indirects et induits.”

Ce type de mission est assez fréquent chez les cabinets de conseil en RSE et permet à une entreprise d’avoir une idée précise de son impact sur le monde économique.

Les petits cabinets : maîtres du secteur ?

De nombreux cabinets de conseil ont fait le choix de la spécialisation en RSE. Citons par exemple en dehors d’Utopies : Des enjeux et des hommes, GreenFlex, A2DM… Cependant, les petits cabinets n’ont pas le monopole du secteur puisque de nombreux grands cabinets multisectorielles ont développé une expertise forte en la matière et disposent de moyens conséquents pour accompagner leurs clients sur ces problématiques : Deloitte, Accenture, EY et bien d’autres ont développés des offres très poussés en matière de RSE par exemple.

Cependant, le conseil en RSE se démarque des autres types de conseil par une omniprésence dans les classements des meilleurs cabinets des petites structures spécialisées. Utopies concurrence ainsi des mastodontes du conseil.

Quelles opportunités pour des jeunes diplômés ?
utopies.com

Les enjeux RSE intéressent tout particulièrement les jeunes diplômés et permettent aux jeunes en quête de sens au bureau de s’épanouir pleinement dans leur travail. Les rémunérations ont la réputation d’y être moins attractives que dans les autres spécialités du conseil aux entreprises. Cependant, la demande croissante de la part des entreprises poussent les cabinets à recruter plus largement et à tenter de gagner en attractivité, favorisant ainsi la hausse des salaires à l’embauche.

De plus, le passage en cabinet de conseil en RSE est également un avantage pour les professionnels qui souhaitent plus tard s’orienter dans les ONG, les structures de l’ESS (Économie Sociale et Solidaire) ou la direction RSE de grandes entreprises car un consultant en RSE développe à la fois des capacités communes à tous les consultants : rigueur, esprit de synthèse, capacité de travail.. mais aussi une expertise forte dans les domaines en lien avec le développement durable et l’analyse socio-économique. Certains consultants ayant évolué dans des structures spécialisées regrettent néanmoins un manque de clarté quant à leur avenir professionnel en raison de la relative nouveauté qu’apporte ces métiers et les bouleversements qu’ils causent sur le marché de l’emploi. Il s’agit de l’une des raisons qui rebutent parfois les jeunes diplômés quand il s’agit d’intégrer un cabinet spécialisé en RSE.

De plus, certains cabinets spécialisés en RSE sont parfois critiqués pour ne produire que du contenu commandé par de grandes entreprises afin d’améliorer leur image. Certains affirment que le simple fait de passer par de telles structures pourrait en plus s’avérer bénéfique pour l’image de l’entreprise et ne pas répondre à des considérations économiques ou éthiques.

Les processus de recrutement dans ces cabinets s’apparentent parfois à des entretiens de conseil classique : process à plusieurs tours, business cases, entretiens en groupe.. là ou d’autres cabinets préfèrent un entretien plus classique. Notons également que la sélection dans certains cabinets est assez élitistes et les consultants sont souvent issus des meilleurs écoles de commerce et d’ingénieur.

Sources :
utopies.com, capital.fr