Quels débouchés pour avoir du sens dans son travail après emlyon business school ?

Quels débouchés pour avoir du sens dans son travail après emlyon business school ?

Par Nathan Pinet

emlyon business school forme chaque année des centaines d’étudiants qui évoluent dans des secteurs variés. Il est parfois difficile de se repérer dans cet océan de possibilités. Zoom sur les débouchés pour les jeunes diplômés en quête de sens. 

Le sens en école de commerce 

Nombreux sont les étudiants qui poussent les portes des écoles de commerce d’un pas décidé, avançant fièrement vers leur destinée brillante. D’autres sont plus réservés et avancent à taton dans un monde qu’ils ne connaissent que peu voire pas. Quelques-uns, enfin, sont séduits par un univers de fêtes qui promet de faire de leurs années étudiantes un long rêve éveillé. Parmi eux, toutefois, nombreux sont ceux pour qui la question du sens au travail est primordiale, parfois même plus que la place dans la hiérarchie, le prestige ou le salaire. 

Nous ne comptons plus les jeunes préparationnaires tout juste sortis de l’adolescence ou bien les AST plus avancés dans leur projet, qui déclarent solennellement avec l’intime conviction du devoir bientôt accompli au moment de leur oral d’admission : “Je veux travailler dans la RSE.” 

Même si vous n’aurez pas à défendre votre projet professionnel devant un jury sympathique quoique tatillon cette année, il est toujours avantageux d’avoir une idée de ce qu’une école peut offrir comme débouchés porteurs de sens. 

Car si nombreux sont les audacieux à sauter le pas et annoncer fièrement une telle volonté, rares sont ceux qui savent vraiment à quoi s’attendre et en quoi emlyon peut être un atout majeur pour faire une telle carrière. Petit guide pour ces audacieux. 

Qu’est-t-il possible de faire durant ma scolarité ? 

Tu trouveras chez nous tout l’attirail du jeune diplômé engagé. D’abord, toute une panoplie de cours sont là pour te former sur des problématiques sociales et environnementales. Finance éthique et solidarité, entrepreneuriat social, CSR reporting ne sont que quelques exemples. Ensuite, des associations engagées : Solidari’terre, NOISE, Astuce, Cheer-up… L’été tu pourras également partir en mission humanitaire ou mission microfinance à l’autre bout du monde. Par ailleurs, tout au long de l’année, tu rencontrera des intervenants inspirants et des événements qui resteront gravés dans ta mémoire. En vrac : Conférence de Muhammad Yunus l’année dernière, Social Business Challenge (concours de pitch de projets engagés), semaine du développement durable, etc. 

Et après ? 

Ça vient moussaillon. Voici une liste non-exhaustive des débouchés qui s’ouvriront à toi après l’école : 

• Consultant en RSE ou développement durable en cabinet de conseil : un consultant RSE participe à des missions pour des entreprises qui souhaitent améliorer leurs performances sociales ou environnementales. Il travaille très souvent directement chez le client. 

• Analyste ISR (Investissement socialement responsable) dans un fonds d’investissement : un analyste ISR participe à l’évaluation extra-financière d’une entreprise dans laquelle un fonds d’investissement veut investir. Concrètement, il va analyser l’empreinte écologique de l’entreprise, sa gouvernance et son aspect social. 

• Responsable dans un département RSE d’un grand groupe : nombre de grandes entreprises ont maintenant un département chargé d’optimiser la performance sociale et environnementale de celles-ci »

• Investment officer dans une banque de développement :il gère des investissements dans des pays en voie de développement et dans des projets comme ceux liés à la transition énergétique. 

Mais aussi : 

• Employé dans une start-up à impact social ou environnemental 

• Social-entrepreneur 

• Analyste pour une ONG 

• Auditeur externe en RSE 

Les débouchés sont de plus en plus variés et les entreprises de plus en plus sensibles à ces sujets. Ce ne sont donc pas les opportunités qui manquent. Et si les débouchés ont souvent été considérés comme moins attractifs que les autres en raison d’un salaire moins élevé et davantage d’incertitudes quant à l’avenir professionnel des personnes travaillant dans ce domaine, il faut néanmoins ajouter que l’explosion de la demande en matière de développement durable et RSE conduit les entreprises à embaucher davantage, améliorant la compétitivité de ces emplois sur le marché.

Et les alumnis emlyon : ils pèsent dans le milieu ? 

Un peu ouais ! Quelques exemples d’ entreprises engagées au sein desquelles des anciens d’emlyon ont évolué : 

• Proparco (filiale du secteur privé de l’Agence Française de Développement) : 15 alumnis emlyon 

• Too good to go : 7 alumnis emlyon 

• Utopies (cabinet de conseil en RSE) : 3 alumnis emlyon 

emlyon business school, ce n’est pas seulement Stéphane Bern ou Pierre-Edouard Stérin (le fondateur de smart-box), c’est aussi des start-ups à impact social ou environnemental incubées, notamment : 

• Cy-Clope, les cendriers géants qui permettent de composter les mégots 

• GoSense, qui aide à la mobilité des personnes mal-voyantes 

L’engagement ultime ? 

Si tout cela te paraît être de magnifiques opportunités de carrière et que le sens au travail est primordial pour toi, tu as peut-être ta place au sein du NOISE, l’association d’entrepreneuriat social et de développement durable de l’école. Le NOISE, c’est un réseau d’antennes dans une quinzaine de grandes écoles et universités françaises qui va te permettre de réseauter pour trouver le job de tes rêves et donner tout son sens à ta scolarité. 


Sources : Linkedin. com Les échos Photos : Unsplash