MISI Togo mai 2019

MISI Togo mai 2019


Entretien avec Angèle, 2A d’emlyon respo de cette MISI

Période précédant le départ

Pourquoi as-tu choisi de devenir respo de projet étudiant ? 

J’aspire à travailler en tant que chef de projet dans le domaine de l’humanitaire plus tard. Ainsi, devenir respo d’un PE était une opportunité inouïe de réaliser le métier de mes rêves durant quelques mois, ainsi que d’intégrer Solidari’Terre, une asso qui porte de très beaux projets.

Pourquoi avoir choisi cette destination ? À titre personnel, avant ton départ, avais-tu des préjugés, une certaine appréhension de la destination et de ce qui pouvait t’attendre sur place ? 

J’ai choisi le Togo car l’Afrique est un continent qui me fascine pour sa population, ses cultures et son histoire. Je ne m’étais pas beaucoup renseignée sur ce pays avant de passer les entretiens de cooptations, et c’est à partir de mon intégration à Soli que je me suis vraiment penchée dessus. Lire et se renseigner à propos du Togo nous a tous permis de partir confiants et préparés. 

Néanmoins, une appréhension subsistait de mon côté : qu’un membre du groupe ait un problème de santé, type paludisme. 

Comment s’est passée la période précédent le départ au niveau de l’organisation de l’équipe, l’intégration des centraliens dans le groupe, le financement de ce PE, les échanges avec les associations partenaires présentes sur place ?  

Nous avions 7000 euros à récolter, l’objectif a été atteint 3 semaines avant le départ. Nous étions 16 étudiants de l’emlyon dans l’équipe avec des pôles et des responsabilités pour chacun. Aucun de nous ne s’était déjà rendu au Togo et nous nous sommes tous enrichis les uns les autres avec nos connaissances respectives. Chaque personne a contribué à sa façon à l’avancement de la mission et que ce soit en amont ou sur place, j’ai en tête, au moins un moment ou une action par personne, qui l’illustre.  

Que recommanderais-tu à un futur respo de PE pour cette période précédant le départ ?

Un respo n’est pas seul, il a toute une équipe avec lui et un projet commun. Il peut aussi solliciter le responsable des MISI qui s’occupe de tous les PE et qui a lui-même été respo PE. Bien-sûr il y a aussi son prédécesseur qui connaît bien les enjeux de la mission, tout comme le partenaire de l’ONG locale qui peut en plus répondre à toutes les questions spécifiques au pays. Enfin, il est bien de s’orienter vers des connaissances qui travaillent dans le domaine, ou connaissent le pays afin de vous préparer au mieux. J’étais par exemple en contact avec une médecin qui voyage beaucoup en Afrique et qui nous a aidés pour la conception de la trousse à pharmacie, ainsi qu’une voisine Togolaise qui nous a épaulés pour l’obtention des visas.

Ce serait culotté de ma part de recommander de faire des soirées team-building puisqu’on en a pas trop fait. Ça ne nous a pas empêché de vivre un mois merveilleux tous ensemble dans une super ambiance.

En ce qui concerne les différents pôles au sein de l’équipe, chacun était autonome et avançait dans sa tâche (exemple: mise à jour de la trésorerie, écriture du crowdfunding, logistique etc.). 

Sur place

Vous étiez où exactement et quel encadrement avez-vous eu sur place ? 

Nous étions à 2h de Lomé dans un village de 600 habitants nommé Togba. Nous avons logé dans des tentes sur les terres de Monsieur Paul, secrétaire général du conseil du village et nous étions encadrés par des bénévoles de l’association partenaire, Djidjole Afrique.

Il y avait en moyenne 3 Togolais avec nous et le président de Djidjole restait souvent avec nous au sein du village. L’accueil des habitants de Togba était très chaleureux. Ils nous ont épaulés durant la construction mais également au puit lorsque nous cherchions l’eau pour nous laver ou faire la cuisine. Enfin, d’un point de vue sécurité, l’encadrement par Djidjole était selon moi très bien, surtout en période de risque terroriste lorsque nous y étions.

Qu’est-ce que vous avez fait concrètement sur place ? Est-ce que cela différait de ce qui était prévu ?  

Nous avons participé à la construction d’une salle de classe à Togba et pour cela, nous avons été épaulés par des ouvriers Togolais. C’est ce qui était prévu même si nous nous attendions à travailler plus… nous avions de l’énergie à revendre.  

Une journée type débute avec un levé à 7h si les coqs ou les cochons n’en ont pas décidé autrement. Départ au chantier à 8h, fin de la matinée à 10h30 à cause du soleil et de la chaleur qui rendent toute activité physique plus compliquée. Lecture, repos, activités avec les enfants du village jusqu’à 12h30 heure du déjeuner. A 15h00 reprise des travaux jusqu’à 17h. Puis direction le puit par petits groupes pour chercher l’eau pour se doucher avant la tombée de la nuit (18h15) et le dîner vers 19h30. Quelques parties de loup garou et au dodo !

Pouviez-vous visiter les environs les weekends ? Que faisiez-vous comme “loisirs” ?

Nous n’avions pas un rythme très strict. Nos semaines variaient selon l’avancée du chantier si bien que nous avons travaillé une fois durant un week-end et pas un mercredi et jeudi. Nous nous sommes rendus plusieurs fois à Lomé pour prolonger les visas,  retirer de l’argent, mais aussi aller au marché. Un événement marquant pour toute l’équipe a été, je pense, la visite du dispensaire d’Amakpapé, la ville la plus proche au nord de Togba. Pour le temps libre, nous avions apporté des ballons de foot pour jouer avec les enfants en fin de journée. Durant la pause de midi nous lisions ou discutions et c’est durant ces pauses que nous avons découvert la patience et la persévérance grâce  aux mots fléchés et sudoku !

Que retiens-tu des personnes sur place, de la culture, de la nourriture, etc. ?

C’est une question bien difficile qui mérite une réponse bien moins succincte que celle que je vais donner… 

Néanmoins, si je devais retenir un dicton, ce serait : “Les Togolais vivent au rythme lent de la terre.” 

Concernant les personnes, je retiendrais ; leur accueil chaleureux, la force des enfants (au sens propre comme au sens figuré), et les femmes qui représentent l’avenir de l’Afrique (et ça se voit !)

J’ai bien retenu qu’ils ne mangeaient que très peu de sucré à part les mangues et ananas (les gourmands du groupe s’en souviennent, moi comprise). 

Enfin, la culture togolaise est riche de différents rituels selon la région et nous avons eu la chance de pouvoir découvrir des récits à leur sujet durant une journée dédiée à l’Afrique.

Question bateau : un souvenir marquant de la période PE ?

Encore une fois, des souvenirs, il y en a plein, des joyeux et des plus difficiles.

Un des plus marquants pour moi, était lorsque j’ai accompagné une villageoise durant ses allers-retour, un soir au puit. C’était une ambiance joyeuse avec une gente 100% féminine. Les femmes portaient leur bébé dans leur dos tout en tirant avec énergie l’eau du puit, riaient aux éclats, puis se disputaient, puis riaient à nouveau et enfin dansaient. Je ne comprenais pas un mot de ce qu’elles disaient (la langue togolaise est l’éwé mais beaucoup sont ceux qui parlent français car ils l’ont étudié à l’école), en l’occurrence, elles parlaient différents dialectes mais ça ne m’a pas empêché de rire avec elles et de vivre un moment fabuleux. 

Après la période PE 

Avez vous fait un roadtrip avant ou après la partie PE ? 

Nous avons fait un road trip avec les membres de l’association Djidjole après la mission. Nous étions toujours très encadrés et c’était plutôt préférable étant donné la situation d’insécurité qui régnait à la suite de l’enlèvement des touristes Français au Bénin dans un parc naturel, quelques jours auparavant. Nous avons visité la où nous nous sommes baignés, ainsi que la belle ville d’Atakpamé. Nous sommes passés par la ville de Sokodé avant de dormir dans un parc naturel dans nos tentes où nous avons pu faire un randonnée le lendemain dans la brousse avant de voir les éléphants.

Nous avons visité Togoville au Sud du Togo et le musée de l’esclavage de l’autre côté de la rive. Enfin nous avons découvert le site de Koutammakou classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. 

De manière générale sur ton expérience, que conseillerais-tu à quelqu’un de Soli, des futurs mandats, qui souhaiterait prendre la respo d’un PE ? 

C’est une aventure fabuleuse, du début à la fin. C’est aussi très instructif car être responsable de PE c’est manager une équipe, certes, à petite échelle mais ça nécessite tout de même des compétences en management et organisation. Je conseille à quiconque de se lancer car c’est une opportunité incroyable de vivre une expérience très riche humainement. 

Et si tu avais quelque chose à dire à quelqu’un qui hésiterait encore à prendre part à un PE pendant ses années à l’em, que lui dirais-tu ?

Ne te sens pas obligé, ça doit venir du cœur. Tu dois vouloir donner avant de recevoir (J’entends par donner : du temps, de l’énergie et de l’argent pour les billets d’avion, vaccins etc. Et par recevoir ; tout le positif qui découle de cette mission).  Si tu es porté naturellement vers l’autre, tu n’hésiteras pas sauf craintes de la sécurité ou problèmes de santé… et ça il y a souvent des solutions pour pallier ces peurs. 


Entretien avec Guillem, 2A d’emlyon membre de cette MISI

Période précédant le départ 

Quand t’es venu l’envie de prendre part à un PE ? Pour quelles raisons ? 

Participer à un PE était un projet que j’avais en tête avant même d’arriver en école de commerce. Je suis membre de plusieurs associations solidaires mais je voulais prendre part à un projet plus global et partager cette expérience avec des gens passionnés. C’était l’occasion pour moi de mener à bien un projet du début jusqu’à la fin. Et puis je n’ai pas beaucoup voyagé dans ma vie, c’était le moment de se lancer. 

Pourquoi cette destination ? À titre personnel, avant ton départ, avais-tu des préjugés, une certaine appréhension de la destination et de ce qui pouvait t’attendre sur place ? 

A l’origine j’hésitais entre l’Argentine et le Togo. C’est la nature des projets qui me plaisait : pouvoir construire quelque chose et laisser une trace indélébile. De plus je n’étais jamais allé en Afrique ni en Amérique du Sud. J’ai finalement été pris pour la mission au Togo. Avant mon départ j’étais très excité, pas vraiment stressé et surtout très curieux de savoir ce que j’allais pouvoir découvrir. J’ai eu l’occasion de discuter avec pas mal de gens qui étaient partis au Togo l’année dernière. Leurs retours étaient tellement positifs que je ne me suis fait aucun souci. 

Ton entretien avec Soli s’est (évidemment) bien passé, mais aurais-tu des conseils au niveau de l’entretien pour quelqu’un qui candidaterait à de futures missions  ?

Il ne faut pas oublier que ce n’est pas un voyage mais plutôt une mission humanitaire. Parfois les conditions de vie ne sont pas faciles, si on n’est pas motivé à 100% pour y participer alors il vaut mieux s’abstenir. 

Comment as-tu vécu la période précédant votre départ (découverte de l’équipe, team-building, ensachage, etc.) ? 

Ce n’était pas facile car il y a beaucoup d’argent à récolter. Si on ne tombe pas sur des gros sponsors/donateurs (comme ça a été le cas pour nous) on se rend compte rapidement qu’il y a beaucoup d’efforts à fournir. Mais on apprend aussi beaucoup de choses, j’ai passé des heures et des heures dans la rue à discuter avec des gens, leur présenter notre projet etc … C’est l’occasion de sortir de sa zone de confort (oui oui) et de faire de belles rencontres. En ce qui concerne notre PE, on a vraiment appris à tous se connaître une fois sur place.  

Sur place

Quelles étaient les conditions de vie sur place ? Est-ce que ça différait avec ce à quoi tu t’attendais ?

Elles étaient difficiles mais j’étais prévenu. Il fait très chaud et humide, on transpire non-stop. Il y a beaucoup de poussière. Il faut aller chercher l’eau au puits pour prendre sa douche. L’estomac prend du temps à s’habituer à la nourriture locale. On utilise des toilettes sèches. Bref c’est pas facile au début mais avec un bon état d’esprit tout le monde s’y fait rapidement.

Décris-moi une journée type s’il te plaît.

On se réveille vers 8h pour le petit déjeuner, vers 9h on part au chantier, les tâches sont assez physiques mais on est souvent aidé par les villageois et les enfants, donc c’est toujours avec le sourire. On mange aux alentours de midi. Le groupe est divisé chaque jour en 4 équipes : une qui fait la vaisselle, une qui fait la cuisine, une qui va chercher l’eau et une dernière qui fait le ménage. On reprend le travail vers 15h une fois que la température a un peu baissé. Et puis vers 17h fin de la journée, on joue beaucoup avec les enfants puis chacun va se chercher de l’eau pour prendre sa douche. On dîne, joue et discute entre nous puis on part se coucher vers 22h. Pour les plus courageux on se prenait quelques bières avant d’aller se coucher.

Que retiens-tu des personnes sur place, de la culture, de la nourriture, etc. ?

Les Togolais sont absolument adorables. Toujours le sourire aux lèvres, fiers de nous faire découvrir leur culture, ouverts à la discussion sur n’importe quel sujet. Je pourrais discuter des heures et des heures de la culture togolaise mais je préfère laisser la surprise aux futurs volontaires. Les plats étaient bons, mais on mangeait très souvent la même chose.

Question bateau : un souvenir marquant de la période PE ?

J’en ai plein. Mais le plus émouvant c’était lorsqu’on a fait l’inauguration de la salle de classe devant tous les villageois. On réalise que tous les efforts qu’on a fourni pendant 30 jours ont servi à quelque chose. 

Et si tu avais quelque chose à dire à quelqu’un qui hésiterait encore à prendre part à un PE pendant ses années à l’em, que lui dirais-tu ?

C’est une opportunité inoubliable. Ca te fait de belles histoires à raconter dont tu souviendras toute ta vie. Lance-toi avant qu’il ne soit trop tard. 


Entretien avec Marie, 2A d’emlyon et membre de cette MISI

Période précédant le départ 

Quand t’es venu l’envie de prendre part à un PE ? Pour quelles raisons ? 

Je souhaite travailler plus tard dans un domaine lié aux pays en développement . Donc je me suis dit que que la meilleure manière de savoir c’était d’y mettre les pieds. Et l’humanitaire je voulais absolument en faire dans ma vie, et là c’était l’occasion. 

J’avais mis l’Argentine en premier choix car je souhaitais parler espagnol, mais je n’étais vraiment pas déçue d’avoir eu le Togo au final. C’est un pays dans lequel je n’aurai probablement jamais mis les pieds sans ce PE. 

Avais-tu une appréhension du pays avant ton départ ?

Non pas vraiment car je suis assez aventurière, j’aime bien découvrir tout le temps de nouvelles choses. Je ne me suis pas du tout renseignée sur le pays car je ne voulais pas être déçue. Je me suis dit que je découvrirais tout sur place.

J’ai juste parlé avec une personne de l’année d’avant au sujet des éléments techniques comme les médicaments à prendre ou le coût de la vie.

Et au sein de votre équipe, vous n’en aviez pas parlé de la vie sur place ?

Si, pour le coup Angèle, notre respo, nous avait hyper bien briefé sur tout, c’était très clair. C’est juste qu’on était pas du tout un groupe soudé avant de partir. Quand on est arrivé sur place, il y a avait des noms que je ne connaissais pas. On était souvent en sous-groupes également, donc les personnes se renseignées généralement entre elles mais lors des AG, si l’on voulait des infos, Angèle nous la transmettait. On voulait être sur place et voir ce que ça allait être.

Aurais-tu des conseils au niveau de l’entretien pour quelqu’un qui souhaiterait candidater plus tard ?

Se montrer entièrement et ne pas jouer de rôle. De toute façon, Soli pose les questions adéquates par rapport à la destination : faire face à des conditions extrêmes, à la saleté, etc. De toute façon, si tu mens pour toi tu vas mal le vivre. 

As-tu bien vécu la période avant le départ ? 

Plusieurs fois on a essayé d’organiser des apéros, team building etc. mais déjà d’accorder les emplois du temps c’est assez compliqué, surtout qu’il y a les périodes de liste. Ce qui m’a permis de connaître les personnes c’était lors des moments de travail avec d’autres personnes, lorsqu’on récoltait de l’argent. Ne pas connaître l’équipe, ce n’est pas un désavantage en soi. Mais je sais avec du recul que si l’on avait organisé davantage d’évents, ça m’aurait aidé à me sentir davantage investie dans la mission, à plus me bouger pour récolter des fonds. Je pense parler au nom de plusieurs personnes du PE en disant qu’on aime davantage travailler avec des gens que l’on connaît déjà, et tu te sens plus investie quand t’es bien intégrée dans l’équipe. 

Angèle, la respo, nous a laissé beaucoup de liberté quant à la manière de récolter des sous, permettant à chacun de s’investir comme il veut.

Sur place

Vous étiez où exactement au Togo ?

On était à Togba, c’est un village qui n’est même pas répertorié sur les cartes, à 1h30 en voiture au Nord de Lomé la capitale.

Quelles étaient les conditions de vie sur place ?

Franchement, je m’attendais vraiment à ce que ce soit pire ; je m’imaginais quelque chose de vraiment horrible. En fait c’est surtout dur au début, avec l’humidité comme étant le plus contraignant, t’es tout le temps crade, sale, et tout le monde ne réagit pas pareil à l’humidité. On est pas mal à avoir fait des allergies vu qu’on était tout le temps trempés.

On logeait chacun dans nos tentes personnelles individuelles, c’était préconisé au niveau de la chaleur. Cette chaleur se répercutait sur notre état de fatigue et notre soif. 

Au bout de 4-5 jours tu t’y fais et ce n’est plus vraiment dérangeant.

 

On s’était réparti les tâches entre le ménage, la cuisine, aller chercher de l’eau (au puit dans le village).  On buvait de l’eau potable issue de petits sac plastiques de 500 ml à l’unité car l’eau n’est clairement pas potable sur place, et les pastilles recommandées ne font pas l’affaire. On allait chercher de l’eau au puit pour la douche, la vaisselle, la cuisine et la lessive.

Que faisiez-vous concrètement sur place ?

Alors nous on y allait pour construire une école. Il y avait déjà les murs de montés. La première semaine on a nivelé le sol. Les deux semaines suivantes on a fait la peinture.

Je pense qu’on s’attendait à bosser plus. La première semaine on est content de pas beaucoup bosser le temps de s’accommoder à la chaleur etc. Mais après une fois que l’on s’y fait, globalement, quand t’as sept heures de pause tu t’ennuies, surtout qu’on avait la capacité physique pour travailler plus. Et on avait l’envie de travailler plus, mais on nous le refusait car le projet sinon aurait avancé trop vite et nous n’aurions plus eu de travail à la fin.

On est beaucoup à être frustrés du coup à ce niveau-là car on avait vraiment beaucoup d’énergie, on aurait pu donner des cours, construire un autre bâtiment, ou alors on aurait pu partir sur place à beaucoup moins. Et surtout ils ne nous faisaient pas faire pleins de tâches car ils estimaient qu’elles étaient trop dures pour nous, et ils sont aussi bien plus efficaces que nous. On ne faisait pas un quart de leur travail.

Il y a eu un côté volontourisme que je ne voulais absolument pas retrouver, dans le fait de ne pas avoir beaucoup de boulot. Et du coup certains matins tu te lèves et tu n’as vraiment pas la motive car tu sais que tu vas travailler deux heures dans la journée alors que tu sais que tu pourrais travailler beaucoup plus : c’est hyper négatif.

Pendant les périodes de pause, avez-vous pu prendre le temps de parler avec des gens du village ?

Ouais on était souvent avec les enfants. Les togolais eux passent leurs journées dans les champs. Nous ça nous permettait d’avoir un lien avec eux, de combler notre ennui également. On faisait des foots également avec eux, heureusement qu’ils étaient là quand même. 

Ils parlaient français ainsi que leur langue locale, l’Ewe. Les 4 togolais qui s’occupaient de nous parlaient très bien français. Avec les enfants, même s’ils ne maîtrisaient pas tous le français, on pouvait facilement échanger avec eux.

Que retiens-tu des personnes sur place, de la culture, de la nourriture, etc. ?

Je suis super contente et je ne m’attendais pas à accrocher autant avec la culture togolaise, c’est hyper enrichissant. C’est quelque chose qui nous a manqué que de ne pas avoir découvert davantage le pays, parce qu’on est resté trois semaines uniquement à Togba. La dernière semaine nous a totalement libéré de découvrir le pays, les paysages, etc. 

Échanger avec les locaux et notamment débattre le soir avec les 4 togolais qui s’occupaient de nous c’était  top, on a pu avoir leurs opinions par rapport à la contraception, la religion, les maladies, la politique, etc. On en retient tous des supers bons souvenirs, ça nous a permis de découvrir pleins de choses que de discuter avec les locaux.

Sur place, c’est le vaudou qui prime sur les religions musulmane et chrétienne même si beaucoup de togolais cumulent les deux. Il y a des principes qui font que ça se chevauche un peu. 

Concernant la nourriture, les denrées alimentaires coûtent très chers sur place, même les aliments de base comme le riz. Ce qu’on mangeait tous les jours ça nous paraissait rudimentaire mais pour eux c’était vraiment des plats de fêtes. On avait trois repas par jour mais clairement on avait tout le temps faim.

Le matin on avait du thé et une sorte de pain brioché. Ensuite, on a mangé des repas répétitifs et peu variés pendant notre période au village (lentilles, riz, pâtes). On a eu de la viande assez peu de fois pendant cette période-là mais quand on nous donnait des fruits, on était refaits. 

Un souvenir marquant de la période PE ?

Ce n’est pas un élément précis mais c’est de voir tout le manque qu’il y avait là-bas, et de voir toute l’abondance que nous avons ici en France, je m’en rendais compte chaque jour.

De base, je faisais déjà attention à mon mode de vie, mais quand même c’est assez difficile de dire que l’on va changer car dès que l’on revient en France, on reprend vite le rythme. Peut-être que ma consommation d’eau a changé tout de même.

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui hésite encore à partir en mission PE ?

Ça dépend si la personne hésite entre plusieurs pays, ou entre le Togo et une autre destination. Je pense que tu en apprends plus sur toi en partant au Togo que si tu pars dans un autre pays où tu as du confort. Ça dépend si tu as envie de repousser tes limites ou pas, partir au Togo pour ça c’est bien. C’est une destination où clairement si tu n’y vas pas en PE tu as très peu de chances d’y aller dans ta vie. 

De base, l’envie de partir doit émaner de la personne. Faut se dire que tu vas apprendre à te connaître en sortant de ton confort habituel. Ça fait grandir et mûrir.