Comment se préparer aux Plaidoiries du manager (PDM) ?

Comment se préparer aux Plaidoiries du manager (PDM) ?

Par Chloé Monange

Déclic 2019

Le 10 mars commencent les Plaidoiries du Manager (PDM). Plus grand évent de Verbat’em, cet événement se déroule en 4 phases dans les conditions suivantes.

Informations générales :

Première phase : Les quarts de finale :

  • Date : 10-11-12 mars à partir de 18h
  • Lieux : Amphi 6 le 10, amphi 5 les deux autres jours
  • Format : Soirée ouverte à tous les membres de l’em
  • Jury : 2 ou 3 personnes venant de Lyon (professeurs, avocats, consultants, membres de l’administration etc…)
  • Nombre de candidats : Autant que d’inscrits
  • Nombre de candidats gardés : 12
  • Temps de préparation : Les candidats reçoivent deux sujets au choix 48h avant leur passage.
  • Temps de passage : 5 minutes. À la fin de la plaidoirie, le jury a la possibilité de poser une question au candidat qui devra y répondre en une minute.

Deuxième phase : Les demi-finales :

  • Date : 18 mars
  • Lieux : Amphi Calori
  • Format : Soirée ouverte à tous les membres de l’em
  • Jury : 2 ou 3 personnes venant de Lyon (professeurs, avocats, consultants, membres de l’administration etc…)
  • Nombre de candidats : 12
  • Nombre de candidats gardés : 6
  • Temps de préparation : Les candidats reçoivent deux sujets au choix 48h avant leur passage.
  • Temps de passage : 5 minutes. À la fin de la plaidoirie, le jury a la possibilité de poser une question au candidat qui devra y répondre en une minute.

Troisième phase : La Grande Finale :

  • Date : 24 mars
  • Lieux : IBM Hall
  • Format : Soirée ouverte à tous les membres de l’em
  • Jury : À découvrir après la demi-finale
  • Nombre de candidats : 6
  • Nombre de candidats gardés : 3 gagnants seront récompensés par des prix de qualité. + Prix « Coup de Coeur du public » : Cette année le public pourra voter et élire son favori qui recevra le prix « coup de coeur du public ».
  • Temps de préparation : Les candidats reçoivent deux sujets au choix 48h avant leur passage.

Temps de passage : 8 minutes. À la fin de la plaidoirie, le jury a la possibilité de poser une question au candidat qui devra y répondre en une minute.

Les critères d’évaluation :

La forme

Bien qu’une performance d’éloquence allie le fond et la forme, ces deux parties seront séparées pour l’évaluation.  En ce qui concerne la forme, vous serez notés sur votre aisance physique pendant la plaidoirie : votre façon de vous tenir, le détachement ou non de vos notes, votre utilisation de l’espace, de votre corps, votre gestuelle, etc…

Sera aussi prise en compte votre aisance à l’oral.  Parlez-vous au bon rythme ? En articulant ? Adoptez-vous le bon ton ? Changez-vous d’émotion pour communiquer votre discours (la colère, le dégoût, la passion…) ou ponctuer vos phrases?

Le fond

Pour le fond, les jurys évalueront avant tout la pertinence de votre réponse à la question. Attention ! Il n’y a pas de bonne réponse à la question, ni de réponse unique. Le jury ne cherche pas à savoir si vous avez répondu juste à la question mais si votre argumentation se tient, si elle est originale, pertinente, recherchée, etc…

Les jurys apprécieront aussi votre capacité à manier les mots. Si les tournures de phrases, l’humour ou l’usage de  figures de styles n’est pas une condition sine qua none pour être qualifié, ils peuvent être appréciés si ils sont bien utilisés et avec parcimonie.

Les conseils de Verbat’em :

Maintenant que vous avez compris comment allait se dérouler le concours et ce sur quoi vous alliez être interrogés, voici quelques conseils pour se préparer au mieux à l’épreuve qui vous attend. Attention ! Ces conseils ne sont dispensés qu’à titre indicatif, si vous avez votre propre méthode et êtes un habitué des concours d’éloquence, ne pas les respecter ne vous fera pas défaut lors des PDM.

Utiliser le pathos. Il s’agit ici de solliciter la sympathie et l’imaginaire de l’auditoire. Pour cela, n’hésitez pas à utiliser le storytelling, à raconter une histoire pour être plus percutant et pour susciter l’intérêt de l’auditoire. Amélie Guillhem, finaliste des PDM 2019 notamment, commence son discours par l’histoire de Tom, étudiant de l’em qui doit faire un powerpoint et rencontre une jeune fille en cours qui lui plait. Dès le début, le public est intéressé par l’histoire de Tom et veut connaitre la suite. Amélie tient son auditoire.

 Jouer avec les silences : Si l’éloquence est en partie la maîtrise des mots et de la parole, c’est aussi la maîtrise du silence. En effet, un bon orateur est un orateur qui sait se taire. Le silence permet la réflexion, le repos de l’orateur, mais permet aussi à l’auditoire l’assimilation des données énoncées. Il ne faut donc pas hésiter à ponctuer son discours de silence pour marquer une pause, tenir le public en haleine ou encore laisser le public réfléchir après une question.

Enfin, vous pouvez vous inspirer des performances des finalistes de l’année dernière qui sont disponibles sur la page Facebook de Verbat’em.

Passer avec ou sans texte ?

Sachez que vous aurez toujours la possibilité d’avoir des notes pendant votre plaidoirie, et que la très grande majorité des candidats en auront. Certains pensent qu’il faut apprendre son texte par cœur, c’est une erreur de débutant, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, cette technique est très onéreuse en temps. En outre, cela pousse souvent les orateurs à surjouer et la sincérité en est donc affectée. Le pire des maux, dans ce cas, reste l’oubli qui peut totalement décontenancer l’orateur et lui faire perdre tous ses moyens. Enfin, quand l’orateur apprend son texte il n’est plus capable d’une idée d’un trait d’esprit, il est attaché à son apprentissage. Les mots appris sont son salut, lorsqu’ils disparaissent, il n’est plus.

Les conseils de Clément (coorganisateur de l’évènement) :
Amélie Chassagnac, gagnante des PDM 2019 lors de la finale

Si vous tenez à tout prix à passer avec vos notes, munissez-vous d’une  feuille A3 plutôt que d’une feuille A4 et n’écrivez que sur la partie supérieure de la feuille pour ne pas à avoir à trop baisser le regard.

Évitez d’écrire tout votre texte et préférez les bullet points qui permettent plus d’adaptation et un discours plus dynamique.

En ce qui concerne votre posture et votre voix, fixez le point le plus éloigné de la salle et dites-vous que c’est à lui que vous parlez pour bien faire porter votre voix .