Le M

Les métiers de la DATA – pour qui et pourquoi ?

Le big data est un terme à la mode, mais de quoi s’agit-il vraiment ? Quels métiers du big data nous sont vraiment accessibles en sortie d’école de management ?

Le big data « désigne des ensembles de données devenus si volumineux qu’ils dépassent l’intuition et les capacités humaines d’analyse et même celles des outils informatiques classiques de gestion de base de données ou de l’information ». Cela ne veut pas dire que le big data ne peut être compris que par une poignée d’experts munis d’ordinateurs et de programmes très puissants. Le big data transforme le monde du travail dans sa globalité et a un impact sur de nombreux métiers. On pourrait – pour simplifier un peu – les classer dans deux catégories.

            La première regroupe les métiers qui nécessitent des compétences techniques et informatiques avancées. Il va s’agir d’analyser les données, de créer des programmes capables d’en extraire des informations, de réaliser des tâches de maintenance ou de sécurité informatique, etc.  On y trouve des métiers comme data scientist qui requiert des compétences avancées en informatique mais aussi en mathématiques et en statistiques. Il en va de même pour d’autres métiers comme ingénieur cloud computing ou expert en cyber sécurité. Pour ces métiers, ils s’agit d’abord de s’assurer que tout fonctionne et que les autres équipes aient accès au données et puissent les utilisés (à distance et en toute sécurité).

            La seconde catégorie regroupe des métiers orientés dans une perspective marketing. Ils demandent moins de compétences techniques en codage ou en informatique. Avant tout, il faut pouvoir étudier les données disponibles, savoir les interpréter et agir en conséquences. Le big data constitue une mine d’or d’information pour le marketing. On peut en déduire les préférences des clients potentiels et les cibler en particulier. Il permet de savoir où réaliser sa campagne marketing et pourquoi; suivant les plateformes que les clients utilisent et en analysant leurs habitudes. S’intéresser au fonctionnement du big data. En utilisant des mots clés, les équipes marketing peuvent s’assurer que leur message sera perçu par le plus grand nombre.

Voici quelques exemples de métiers accessibles après une école de commerce:

Chef de projet web

  • aucune expérience nécessaire

Quelques compétences techniques requises : être familiarisé avec les logiciels Dreamweaver, Photoshop et des langages informatiques tels que HTML, PHP, AS et Ajax

  • Responsable de la visibilité de l’entreprise sur le web: SEO-SEM (search engine optimization/search engine marketing)
  • gestion de projet : étude de faisabilité, évaluation des coûts, etc.
  • salaire : 2200 euros par mois pour un débutant (variable selon l’ancienneté et la taille des projets)
  •  

Community manager

  • créer ou gérer une communauté d’internautes stratégique pour l’entreprise
  • faire de la publicité pour la marque, gérer son image,  la relation client
  • 2000 euros par mois

Digital brand manager

  • 2 à 3 années d’expériences requises (gestion de l’image digitale: multimédia, réseau sociaux etc.)
  • responsable de l’image de marque sur les différentes plateformes digitale
  • Doit s’assurer que l’image de marque garde une cohérence entre les différents produits et qu’elle est perçue comme telle
  • 4500 euros par mois (+bonus éventuels selon la taille de l’entreprise)

            Plus qu’un métier à part entière, le big data et les nouvelles technologies vont vraisemblablement avoir une influence sur tous les métiers marketing. Des compétences techniques et informatiques – même si elles ne sont que basiques – peuvent s’avérer être un grand avantage sur le marché du travail. Elles permettent, entre autre, de pouvoir réaliser plus de tâches soit même et de pouvoir communiquer plus facilement avec les spécialistes du big data sur des points techniques. De plus en plus de procédés techniques sont automatisé et le volume de données disponibles ne cesse de croitre. Par conséquent, il devient difficile d’échapper aux enjeux du big data, surtout dans des domaines tournés vers l’échange d’information et vers le consommateur comme le marketing ou la vente. Le e-commerce a déjà révolutionné les processus de vente. De nombreuses entreprises ont fait faillite (Toys’R US) ou ont du se transformer pour faire face à ces changements. Il en va de même pour les métiers du marketing.