LA RECONNAISSANCE FACIALE : QUELLES UTILISATIONS ?

LA RECONNAISSANCE FACIALE : QUELLES UTILISATIONS ?

  • Post author:
  • Post category:Tech (PnP)

Par Pauline Sicsik

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1*S9zgI6mWEhpO44iC3a8w1A.jpeg.

La reconnaissance faciale est une technologie dont le potentiel s’est accru avec le développement du machine learning et du deep learning. Ses usages sont variés, et elle est de plus en plus utilisée par les acteurs publics et privés.

Utiliser la reconnaissance faciale pour augmenter le niveau de sécurité

Un des principaux usages de la reconnaissance faciale réside dans la sécurité. D’une part, elle permet de surveiller. Les systèmes les plus puissants sont capables d’identifier des milliers de visages à la seconde, que ce soit dans des établissements comme les stades ou les salles de concert, dans aéroports ou des gares, ou bien même dans la rue. Le but est par exemple d’identifier les personnes interdites d’accès, les criminels, ou les individus dont la gestuelle est jugée suspecte.

D’ici 2021, les 20 principaux aéroports des Etats-Unis devraient être équipés de logiciels de reconnaissance faciale, sur recommandation du département de la sécurité intérieure, afin d’identifier les personnes dont le visa est expiré. [1]

En janvier 2020, le Football Club de Metz faisait usage d’un dispositif test de reconnaissance faciale fourni par la start-up Two-i permettant de détecter les personnes interdites d’accès au stade. Le FCM a également précisé qu’il s’agissait d’un “outil de prévention”. [2]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est police-chine-lunettes-reconnaissance-faciale-640x360.jpg.
©China News Service via WSJ

En février 2018, la chronique d’Anthony Morel présentait les lunettes de soleil à reconnaissance faciale intégrée, désormais portées par certains policiers chinois : la caméra et le système d’analyse des visages sont installés sur la monture des lunettes, et en regardant simplement devant eux, les policiers sont ainsi capable de repérer un suspect recherché.

D’autre part, la reconnaissance faciale est utilisée pour authentifier un individu. En comparant l’empreinte faciale d’un individu à une base de données biométriques constituée au préalable, la technologie est en mesure de confirmer que l’individu est bien celui qu’il prétend être.

Pour renforcer la sécurité durant les Jeux Olympiques 2020 à Tokyo, les entrées aux zones sécurisées (athlètes, bénévoles, personnels des stades et des installations) seront équipées de systèmes de reconnaissance faciale fournit par NEC. Tous les participants devront porter une carte contenant une puce sur laquelle seront enregistrées leurs données biométriques. Pour accéder à la zone sécurisée, chaque participant devra scanner sa carte à une borne, puis son visage : l’entrée ne sera autorisée que si le visage correspond à l’empreinte faciale enregistrée. [3]  

Depuis juin 2019, le ministère de l’intérieur français teste l’application Alicem, sur la plateforme “FranceConnect”. L’application Alicem est une application non-obligatoire, qui “constitue une solution supplémentaire pour s’authentifier auprès des services en ligne partenaires de FranceConnect.”. Alicem fonctionne grâce à la reconnaissance faciale et permet d’accéder à plusieurs services tels que les informations sur les droits des citoyens et les démarches administratives sur le portail « Service Public », les demandes de titres auprès de l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS), la consultation des points retraite, ou encore les services publics de proximité auprès de 400 collectivités territoriales. L’utilisateur s’inscrit depuis son smartphone avec son titre d’identité (passeport ou titre de séjour) dont la puce est lue par lecture sans contact NFC (communication en champ proche) et dont l’authenticité et la validité sont vérifiées auprès des services de l’État. Grâce à une technologie de reconnaissance faciale, l’utilisateur prouve qu’il est le titulaire légitime du titre d’identité. [4]

Une utilisation quotidienne par les individus : quelques exemples

De façon plus commune, la reconnaissance faciale permet de déverrouiller (authentification) son téléphone, comme avec FaceID d’Apple, de valider ses achats, ou bien même de déverrouiller sa porte. En 2017, Alibaba, à travers Alipay, a lancé le premier “selfie pay”, ou service de paiement par reconnaissance faciale : “Smile to pay”, de Face++. [5] Les dortoirs de la faculté de Pékin sont équipés d’un système de reconnaissance faciale : la porte ne s’ouvre que si l’individu est authentifié grâce à son empreinte faciale, ce qui permet d’éviter que n’importe qui ne puisse pénétrer les lieux. [6]

La reconnaissance faciale est également utilisée par Google ou Facebook, pour identifier des visages sur des photos et suggérer les personnes dont il s’agit. Avec DeepFace par exemple, Facebook a conçu un système de reconnaissance faciale utilisant un réseau de neurones de neuf couches et 120 millions de connexions, entraîné sur 4 millions de photos postées par les utilisateurs de Facebook. [7] C’est également grâce à la reconnaissance faciale que les applications comme Snapchat ou FaceApp, permettent entre autres d’appliquer des filtres sur le visage des utilisateurs, de les vieillir ou de les rajeunir, et même d’échanger le visage de deux utilisateurs filmés par le même téléphone.

Les données biométriques comme outil marketing
© Minority Report, réalisé par Steven Spielberg (2002)

Un dernier exemple d’utilisation est la publicité. Si vous avez vu Minority Report, réalisé par Steven Spielberg et sorti en 2002, alors vous vous souvenez sûrement de Tom Cruise, marchant dans un centre commercial, des spots publicitaires holographiques personnalisés à l’extrême se matérialisant à ses côtés. Dans le film, le personnage est reconnu par des caméras qui flashent ses iris en permanence. Dans la réalité, c’est votre visage qui sera détecté et analysé afin de vous guider dans vos achats à travers des notifications sur votre smartphone ou bien des panneaux publicitaires intelligents.

Par exemple, en Australie et aux Etats-Unis, l’agence de publicité Posterscope a installé dans des centres commerciaux des panneaux digitaux capables de déterminer le sexe, l’âge, l’humeur et les émotions du consommateur, et de diffuser une publicité qui sera susceptible de l’intéresser au moment où il passe devant. Le but ? Mieux cibler la publicité pour la rendre plus efficace et donc réduire les coûts qui lui sont associées en réduisant le bruit. [8]

La reconnaissance faciale permet deux choses : d’identifier ou d’authentifier. Ce sont les contextes d’utilisation de ces deux capacités qui sont variés et qui font de la reconnaissance un outil qui permet et permettra de faciliter les activités des utilisateurs, et ce dans beaucoup de secteurs.


Sources

B. L. (2019), “Reconnaissance faciale : qu’est-ce que c’est et quels sont les dangers ?”, Le Big Data, disponible à : https://www.lebigdata.fr/reconnaissance-faciale-tout-savoir

[1] (2019), “Etats-Unis : La reconnaissance faciale dans les aéroports pourrait être étendue à tous les voyageurs”, 20minutes, disponible à : https://www.20minutes.fr/monde/2668059-20191205-etats-unis-reconnaissance-faciale-aeroports-pourrait-etre-etendue-tous-voyageurs

[2]  A. Vitard (2020), “Le stade de Metz teste la reconnaissance faciale… en dehors de tout cadre légal”, Usine Digitale, disponible à : https://www.usine-digitale.fr/article/le-stade-de-metz-teste-la-reconnaissance-faciale-en-dehors-de-tout-cadre-legal.N922524

[3] G. Nott, adapté par J. Eylan, “JO de Tokyo 2020 : La reconnaissance faciale de NEC intégrable à des lunettes”, Le Monde Informatique, disponible à : https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-jo-de-tokyo-2020-la-reconnaissance-faciale-de-nec-integrable-a-des-lunettes-75577.html

[4] Ministère de l’Intérieur, “Alicem, la première solution d’identité numérique régalienne sécurisée” disponible à : https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Alicem-la-premiere-solution-d-identite-numerique-regalienne-securisee

[5] frenchweb.fr (2017), “Alibaba déploie «Smile to pay», le paiement par reconnaissance faciale”, disponible à : https://www.frenchweb.fr/alibaba-deploie-smile-to-pay-le-paiement-par-reconnaissance-faciale/301285

[6] France 24, “Reconnaissance faciale : une technologie de plus en plus utilisée en Chine” disponible à: https://youtu.be/AuxgoNMqLFU

[7] What’s the Big Deal ? (2014), “What is DeepFace? ‘Human-Level’ Face Matching, Explained”, disponible à : https://youtu.be/13FZHiXJSsE

[8] Postimport (2016), “Responsive facial recognition technology redefines customer engagement“, disponible à : http://www.posterscope.com/responsive-facial-recognition-technology-redefines-customer-engagement/