Cas pratique de stratégie : emlyon VS coronavirus

Cas pratique de stratégie : emlyon VS coronavirus

Par Colin Faguet

L’équipe du M a souhaité vous faire un retour suite au webinar du 22 avril 2020 de monsieur Philippe Monin, directeur académique d’emlyon business school, et monsieur Lionel Sitz, directeur du programme grande école (PGE).

« Nous sommes sûrs d’une seule chose, c’est que nous ne sommes sûrs de rien »

Soyez rassurés:  l’administration n’est pas devenu Socrate. En effet, cette phrase résume à la fois très bien la situation d’incertitude dans laquelle nous nous trouvons actuellement et en même temps très mal la réaction de l’école qui, malgré cela, nous donne aujourd’hui de nombreuses informations et nous éclaire sur l’année particulière qui arrive.

La question de la rentrée en septembre

Aujourd’hui dans le monde entier, l’épidémie met en doute et bouleverse l’enseignement supérieur. La Boston University annule son 1er semestre, l’Allemagne a déjà reporté les rentrées des classes, prévues en octobre, au mois de novembre par exemple.

L’administration étudie des pistes pour assurer la continuité de la formation dans la sécurité; elle n’est donc pas en mesure de garantir une rentrée en présentiel sur les campus dès le mois de septembre. Elle réfléchit notamment aux modalités d’une rentrée digitale, moins sujette aux aléas de la situation sanitaire.

En ce qui concerne la vie associative, elle pourrait ne pas reprendre entièrement dès septembre et devra, bien sûr, respecter les exigences gouvernementales.

Les échanges académiques bouleversés

Pour ce qui est des échanges académiques, nous sommes dans une situation de « risque » et l’incertitude est d’autant plus importante que les différentes universités ont toutes un point de vue et une conduite propre.

En accord avec la direction générale d’emlyon business school, le PGE a décidé de reporter ou d’annuler tous les échanges prévus pour 2020. Les étudiants censés partir durant cette période se verront proposer un report (en spring 2021 par exemple) ou un autre échange, plus tard, si la première option n’est pas possible.

Par précaution, cette décision concerne tous les échanges : intra-européens comme extra-européens.

Le campus d’Ecully ne sera pas surchargé, le nombre d’étudiant restant à Lyon au lieu de faire un échange international étant sensiblement le même que celui des internationaux ne pouvant venir à emlyon, les échanges académique vers la France étant également suspendus. La question de la capacité d’accueil des cours électifs va être étudiée pour permettre à chacun d’avoir des cours et de faire en sorte que les étudiants d’emlyon ne soient pas pénalisés par la situation sanitaire.

La possibilité de suivre l’un des cursus disponibles sur les campus internationaux (Shanghai par exemple) en vidéoconférence depuis la France a été abordée.  A priori, cela ne devrait pas être un problème. Cela dit, les problématiques techniques et celle du décalage horaire doivent être considérées. L’administration va traiter cette question plus en détail avec les équipes concernées.

Le requis international allégé

Au vu de l’impossibilité de partir à l’étranger étant donné que les frontières sont fermées pour un temps indéterminé, la direction du PGE a décidé d’alléger le requis international pour tous ses étudiants. Ce dernier passe de 12 à 6 mois obligatoires pour les post CPGE et est supprimé pour les AST et les étudiants internationaux qui avaient normalement 6 mois obligatoires. 

Cela dit, cette décision n’implique en aucun cas un allègement du requis d’expérience professionnelle ni un don d’ECTS : Tous les étudiants ayant vu annulé leur stage ou leur échange international devront prendre des cours ou trouver un nouveau stage en France.

Cette décision a été prise car emlyon, comme toute les grandes écoles, ne peut pas nous assurer que nous aurons la possibilité de passer 12 mois à l’étranger à court terme. En effet, les stages à l’étranger et les échanges sur les campus internationaux ou dans les écoles partenaires sont suspendus pour une durée indéterminée.

La question des stages

Aujourd’hui l’école ne signe plus de convention à l’international en dehors des cas suivants : 

  • Pour les étudiants chinois étant actuellement en Chine et peuvent y commencer un stage. En effet, les équipes pédagogiques du campus de Shanghai restent actives.
  • Pour les étudiants étrangers ou binationaux qui pourraient, dans certains contextes, démarrer un stage dans un  « autre pays » s’ils s’y trouvent.

Pour les stages en Europe, l’école espère pouvoir signer les conventions d’ici septembre mais ne peut encore rien garantir. De plus, emlyon acceptera aussi, en cette période particulière les conventions où il sera précisé que le début du stage se fera en télétravail.

Lors des dernières crises et tensions économiques, on a noté un déplacement de l’activité des CDI vers les stages. Aussi, quand bien même la période n’est pas propice aux affaires, emlyon nous encourage à « être opportuniste dans le sens positif du terme » et saisir ces stages plus qualifiants.

Pour les étudiants en dernière année, quelques infos spécifiques

Les étudiants qui devaient passer devant le jury de fin d’étude prochainement sont exemptés de TOEIC en raison de l’impossibilité de passer cet examen actuellement. Pour ceux qui n’ont pas pu valider leur diplôme à temps, et à qui il ne manque que la validation d’expérience professionnelle ou encore la finalisation de leur FPE, ils ne se verront pas dans l’obligation de payer les frais d’inscription pour l’année à venir mais ne pourront être exemptés de CVEC (environ 90€) sur laquelle emlyon ne peut pas agir.