Le M

L’aventure Campus Création : une expérience d’entreprenariat pas si fictive que ça !

Au début de tout : des rencontres !

Quand je suis rentrée à l’EM, j’avais déjà quelques idées d’entreprenariat, je ne pensais pas forcément les réaliser, mais ça me trottait dans la tête. Les cours de première année ont commencé. Puis, un jour, Friedemann et son équipe nous font rencontrer des entrepreneurs. Un projet attire mon attention, celui de la Cordée. Je prends l’information et la range dans un coin de mon cerveau, elle me sera utile plus tard.  

Puis arrive le deuxième jeudi de septembre et la toute première rencontre que j’ai faite pour Campus Création, celle de Capucine. Comme quoi le rallye dans Lyon organisé par le Raid m’aura été très profitable. Alors Capucine, c’est une fille qui aime l’art comme moi et qui a, elle aussi, beaucoup d’idées qui lui trottent dans la tête. Dans un coin de son cerveau, le récit de la création de la Cordée est bien présent (mais patience, cette information sera utile encore un peu plus tard). Nous décidons de nous lancer pour PCE ensemble… Quoique PCE… Pourquoi ne pas voir plus grand et participer à Campus Création ?

Motivées pour participer à ce concours inter-écoles, nous postons un message sur le groupe des 1A pour trouver qui participera à cette aventure avec nous. C’est là que nous allons rencontrer Alexandre et Louis. Deux garçons donc (VIVE LA MIXITE !) qui aimeraient beaucoup participer à notre projet. Après un entretien de personnalité pour les choisir (non, je blague !), ils feront partie de l’aventure. Cependant notre équipe n’est pas au complet !

Pour Campus Création, tout l’intérêt est de se mélanger avec d’autres écoles. Je me retrouve donc un mardi et un jeudi devant 200 personnes à présenter mon projet pour donner envie à des gens de travailler avec nous. Et c’est là qu’apparaissent Marie, Delphine et Laura. Elles sont étudiantes à CREAD (une école de design d’intérieur), aiment notre projet et apportent des compétences différentes. Un resto plus tard et l’équipe est créée. Nous serons sept : cinq filles et deux garçons.

Ce sont certes les rencontres les plus marquantes de l’expérience, celles avec qui je travaillerai le plus… Mais ce ne sont pas les seules, je rencontre des intervenants presque chaque semaine lors de conférences, de séminaires… et tout cela fait grandir le projet.

 

Pour continuer : une idée !

Oui, mais voilà ! Les rencontres c’est bien beau. Mais il faut une idée (ce n’est pas forcément nécessaire pour commencer Campus Création mais indispensable pour continuer l’aventure).  

Cette idée est née d’un mélange de celles de Capucine, des miennes et de la Cordée. Nous voulions monter une « Cordée pour artistes » où tous les artistes (peintres, auteurs, photographes, musiciens…) se réuniraient pour créer des œuvres aux facettes multiples ensemble. En parallèle de cela, nous voulions installer une plateforme pour faire connaître nos artistes.

Donc l’idée c’est fait. Et ensuite ? C’est bien la question. Toutes les semaines des conférences sont organisées, les thèmes sont très larges : études de marché, business model, politique d’offre, propriété intellectuelle… Il ne reste plus qu’à appliquer cela à son projet. Pas si simple. Voilà pourquoi il y a aussi des séminaires pour travailler de façon pratique. Ces séminaires se déroulent une à deux fois par mois. Cela nous permet aussi de nous réunir entre équipes pour faire connaissance et avancer notre travail. Prochaine étape : le crash test du 14 décembre. Premier pitch pour présenter notre avancement dans le projet. Espérons que cela ne se termine pas en gros accident.

 

A la fin : un bilan ?

Je ne me permettrais pas de dresser un vrai bilan si tôt dans l’aventure. Campus Création a commencé il y a trois mois. Quelques rencontres, quelques conférences, quelques séminaires plus tard… Je ne sais pas comment se finira ce projet (par un prix pourquoi pas ? 😉 ) mais je me sens déjà plus forte d’une expérience sur l’entreprenariat.

J’adore le projet sur lequel je travaille et j’aimerais le voir devenir réel. De là à dire que je serai entrepreneur plus tard… Je ne crois pas. Mais j’aurai eu la chance de vivre ça (d’une certaine façon) et de rencontrer beaucoup de gens avec qui partager ce moment.

 

Margaux Cornille