Rencontre avec Mehdi Coly, co-fondateur de Time for the Planet

Rencontre avec Mehdi Coly, co-fondateur de Time for the Planet

L’entreprise à but non lucratif souhaite lever un milliard d’euros pour financer 100 innovations qui luttent contre le changement climatique. Rencontre avec l’un de ses co-fondateurs. 

Bonjour Mehdi, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Mehdi Coly, je suis entrepreneur depuis la fin de mes études de droit. J’ai fondé plusieurs entreprises. Je suis maintenant l’un des six co-fondateurs de Time for the Planet (TFTP). 

Peux-tu présenter Time For The Planet ?

TFTP lutte à grande échelle contre le changement climatique. Le citoyen a des leviers pour agir contre le réchauffement climatique : manger moins de viande, prendre les transports en commun, etc mais tout cela reste limité. TFTP offre la possibilité aux gens d’agir à grande échelle contre le changement climatique. Concrètement, on va investir dans des entreprises qui mettent en place une innovation qui permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en travaillant sur un modèle open-source, c’est-à-dire que n’importe qui peut copier cette innovation. Ce modèle permet d’augmenter les chances que l’idée soit lancée. TFTP est une société d’investissement. On crée ces boites là, on les finance,  mais l’actionnaire n’a pas de dividende, il a un Taux de Retour pour la Planète (TRP) qui permet de mesurer quelle quantité d’émission de GES a été évitée grâce à TFTP via les entreprises financées et celles qui ont utilisé l’innovation open-source.

À quelle échéance un actionnaire récupère-t-il son argent ?

Notre objectif est de rendre l’argent au bout de 10 ans. Pour ça, on va investir dans les boîtes pour qu’elles se développent et ensuite faire une sortie. La société qu’on a créée va faire une diminution de capital en rachetant les parts de TFTP. De cette façon, on espère récupérer une somme supérieure à celle investie afin de rendre l’argent aux investisseurs et aider de nouvelles entreprises.

Pour rappel, 1 action = 1 €, et chacun peut acheter le nombre d’actions de son choix.

Peux-tu revenir sur la notion d’open-source ? 

On pense qu’un petit nombre de personnes peut changer radicalement le monde. L’open-source est intéressante à ce niveau là : l’urgence du réchauffement climatique implique des mesures exceptionnelles, et toutes les technologies qui permettent de faire baisser les émissions de GES ne peuvent pas être dans les mains de peu de personnes car le risque d’échouer est trop important. L’open-source permet de mutualiser la connaissance. Pourtant, les boites ne sont pas contre l’idée de gagner de l’argent mais elles ne le gagneront pas sur la base d’un brevet. On veut mettre les idées en commun, agir ensemble avec les règles actuelles du système capitaliste. Je ne sais pas s’il faut une révolution et changer radicalement notre système économique, mais je sais que ce n’est pas en train d’arriver donc autant faire avec ce qui existe.

Le modèle est à but non lucratif, vous rémunérez-vous ? 

Pas pour l’instant. Ce n’est pas le but. Si on se rémunère c’est que TFTP est assez grand pour que les salaires représentent une partie faible du montant levé et que des personnes soient nécessaires en permanence sur TFTP. On a fixé ce seuil à 10 millions d’euros. 

En quoi TFTP peut se rapprocher d’un mouvement citoyen et quel est le rôle des “keepers” dans ce mouvement ?

On a été contacté par plein de gens qui voulaient aller plus loin que l’actionnariat. On ne savait pas quoi leur dire. Maintenant, on favorise l’émergence d’un vrai mouvement citoyen. Pour ça, on favorise l’émergence de groupes. Par exemple, les planètes et les comètes. Une planète, c’est un groupe de personnes doté d’une caractéristique commune (par exemple, les élèves d’emlyon) et qui sont actionnaires de Times. Ces planètes peuvent lancer des comètes qui sont des actions spécifiques. Par exemple, un événement de la planète “Lyon” pour faire connaître TFTP à Lyon.  Il y a six co-fondateurs (les keepers) qui fixent la vision de TFTP. Ils ont un vrai pouvoir dans TFTP car sont commandités (TFTP est une société en commandites par action). Ils disent ce qui est possible ou non dans TFTP. 

Les six Keepers

Une planète emlyon (Groupe Facebook : Planète em) s’est créée suite à l’intervention de Nicolas Sabatier pour les 1A, comment peut-elle agir? 

Dans tous les cas, la planète doit grossir. il faut donc accueillir le plus de gens possibles. Ensuite, la planète peut créer des comètes pour grossir encore plus. La priorité pour TFTP c’est d’avoir le plus d’actionnaires possibles pour avoir une capacité d’investissement et pour avoir des évaluateurs scientifiques de renom et ces gens là ne viendront chez TFTP que parce qu’on sera gros. Ensuite, il y aura de nouveaux besoins, et on aura les étoiles qui sont les sociétés qu’on a créées avec des besoins nouveaux. Les étoiles auront besoin de compétences et les membres de planète seront utiles. Mais pour l’instant ce n’est pas la priorité. 

Aujourd’hui, TFTP a déjà levé plus de 700 000 € avec plus de 3500 actionnaires, comment se passe cette croissance ?

On connaît une croissance exponentielle. Elle est liée au fait que les gens sont concernés par le problème. On n’a pas un travail d’évangélisation. Les gens en ont marre de ne pas savoir quoi faire. On veut répondre à ce problème. Notre message fonctionne. Notre équipe est composée de membres avec des compétences complémentaires. On est déjà dans le top 10 de l’histoire des crowdfundings. C’est un concept assez nouveau, ce qui crée une forme d’excitation chez les gens. 

Pourrais-tu présenter quelques innovations que vous prévoyez de soutenir ? 

On est intéressés par une technologie qui permet de construire des batteries sans métaux rares, ce qui est important pour l’énergie électrique car les batteries sont très polluantes à créer. 

Une autre innovation qui nous attire est un outil de captation du CO2. Un Lyonnais a une technologie qui permet d’enfouir le CO2 après l’avoir solidifié.

Enfin, on souhaite accompagner un outil de stockage de données dans de l’ADN de synthèse : on peut stocker toutes les données du monde dans une pièce de 50m2 !

En fait, toute personne qui a une idée d’investissement peut postuler sur le site de TFTP pour recevoir un investissement. On est en train de monter une communauté d’évaluateurs avec le CNRS pour qu’un expert puisse pousser l’évaluation. Un comité scientifique permanent sélectionne les meilleurs et des growth hackers tentent de vendre l’innovation comme si elle existait. On demande également l’avis des actionnaires de TFTP. C’est avec tout cela qu’on décide d’investir. On souhaite investir entre 1 et 3 millions d’euros dans une société pour qu’elle puisse se développer et être actionnaire majoritaire.

Avez-vous commencé à investir ? 

On attend d’avoir plus d’argent pour pouvoir investir massivement dans des techs à impact. Notre modèle open-source à but non lucratif peut les séduire mais ils veulent aussi du financement concret. 

Comment l’idée est née ? 

On est 5 entrepreneurs à la base. On a eu l’idée avec Nicolas il y a une dizaine d’années en créant une autre boite. On s’est rendu compte que le social business était très puissant. On a eu une prise de conscience sur la crise climatique et on a eu envie de tout changer. On s’est dit qu’on pouvait rien faire tout seul donc l’idée d’un mouvement citoyen est née. Puis on s’est entouré de personnes qui avaient des compétences spécifiques pour nous aider à monter le projet. Ça a donné une équipe de 6 personnes complémentaires.

Si le projet de Time for the Planet vous intéresse,  le NOISE organisera prochainement une MKS en leur compagnie !

Par Nathan Pinet et Octave Kleynjans


Sources :

Toutes les images : https://time-for-the-planet.docs-view.com/v/2ead63e0f6