Rencontre avec l’ex-directrice du Programme Grandes Ecoles (PGE), Dominique Le Meur

Rencontre avec l’ex-directrice du Programme Grandes Ecoles (PGE), Dominique Le Meur

Propos recueillis par Saïd Demmane

 

Verbat’em (V) : Bonjour Madame LE MEUR et merci de me recevoir dans le cadre de cette interview du Krakem : Cela fait maintenant 10 ans que vous êtes à emlyon, que retenez-vous de votre expérience ici ?

Dominique Le Meur (DLM) : Cela serait difficile de retenir certaines choses en particulier, c’est vrai.  Lorsque je suis arrivée il y a dix ans de l’ESCP, ce qui m’a beaucoup marqué c’est que l’esprit entrepreneurial était fort et très présent. Il y a à emlyon une dynamique qu’il n’y avait pas à l’ESCP par exemple. L’état d’esprit innovateur est partagé par les élèves, par les professeurs, par les intervenants et par l’administration.

Cela a été dix années extrêmement intenses, rythmées par beaucoup d’échanges avec les étudiants en particulier, avec mon équipe et avec les professeurs pour travailler sur le programme. Ce qui fait la richesse de ces dix ans c’est surtout les différents contacts que j’ai eus. J’ai beaucoup apprécié les échanges que j’ai eus avec les étudiants et en particulier ces deux dernières années.

 

V : En parlant des ces étudiants justement, comment étaient-ils il y a dix ans et comment sont ils aujourd’hui ?

DLM : Les études et les parcours d’emlyon font que nos étudiants sont des globe-trotters. Les stages et les échanges à l’étranger leur apportent une vraie richesse. Après, que ce soit il y a dix ans ou aujourd’hui, les étudiants ont beaucoup d’énergie et c’est complètement normal. Cela m’inquiéterait beaucoup si les étudiants n’en avaient pas !

Les étudiants osent beaucoup et cela est très positif. Oser nous aide à relever des défis et à atteindre des objectifs.  Cependant, il faut faire attention à ne pas perdre la notion de hiérarchie et de rapport à l’individu. Il ne faut pas perdre de vue qu’il y a des règles et que certaines choses ne sont malheureusement pas possibles.

 

V : Sur le plan personnel, qu’est-ce qu’emlyon vous a appris et/ou apporté ?

DLM : L’EM Lyon m’a énormément appris ! Je ne suis pas la même aujourd’hui qu’il y a dix ans lorsque je suis arrivée ici. J’ai acquis davantage d’expérience et je pense que je suis encore plus experte dans mon domaine. J’ai aujourd’hui plus de confiance et d’assurance que lorsque je suis arrivée. Je suis très heureuse des dix années que j’ai passées ici et si je devais le refaire ? Oui, je le referais.

 

V : Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux étudiants d’emlyon qui seront les professionnels de demain ?   

DLM : Il faut se lancer et ne pas avoir peur d’essayer. La vie est faite d’expériences joyeuses, malheureuses ou difficiles. Personne n’a une vie lisse. Ceux qui prétendent l’avoir sont selon moi dans le déni. Tout le monde connaîtra des difficultés plus ou moins importantes. Le tout étant de savoir rebondir, de savoir apprendre de ses expériences. Il est très important d’avoir l’estime de soi et de l’amour propre.  

Sur le plan professionnel, vous allez vivre plusieurs expériences et beaucoup apprendre. On apprend à tout moment dans la vie. Il ne faut pas hésiter encore une fois à se lancer et à s’écouter.

 

 

V : Comment voyez-vous emlyon dans 10, 20 ou 30 ans ?

DLM : emlyon va continuer à changer dans les années à venir. L’école est aujourd’hui sur une autre dynamique de croissance et d’expansion. Cette dynamique entrepreneuriale c’est l’ADN de cette école. C’est aussi les étudiants qui font l’école, ce ne sont pas que les professeurs et la direction.