Le M

#Makers fight against COVID-19!

Par Colin Faguet

Dans cet article, nous avons choisi de nous pencher sur une initiative prise par le Makers’ Lab en cette période de confinement. En effet, cet espace où habituellement les étudiants inventent, codent, découpent, créent (et, c’est vrai, jouent) s’est récemment transformé en fabrique de visière. 

On a dû vous le dire mais, la fermeture du campus lyonnais pour cause de crise sanitaire globale n’a pas empêché emlyon busines school de continuer de fonctionner quasiment normalement. Le Makers’ Lab était l’une des seules institutions de l’école à avoir besoin d’étudiants « en présentiel » pour une bonne partie de ses ateliers (en effet, comment imprimer des structures en 3D à l’école depuis sa chambre à Paris ? ) et, il était, par conséquent, fermé. Seulement, alors que le nombre d’étudiants dans les locaux s’est effondré, la demande liée aux protections sanitaires, elle, a explosé. Les équipes du Makers’ Lab pour qui, voir les machines à l’arrêt était un « crève-cœur » et qui voulaient participer à leur échelle à l’effort collectif, ont décidé de relancer ces dernières pour fabriquer des visières de protection. Grâce à cette mobilisation, aujourd’hui, environ une centaine de visières sont fabriquées chaque jour par les cinq imprimantes 3D d’emlyon business school. 

Cette production, bien qu’improvisée, s’inscrit dans un cadre et un réseau plus large : le réseau des fablabs, ce dernier s’est lui aussi mobilisé afin de produire des protections. Chaque unité n’est pas faite pour une production de masse et ne peut apporter que quelques visières par jour, mais la multitude d’acteurs produit finalement un volume important : depuis le début du confinement, c’ est près de 160.000 visières qui ont été distribuées gratuitement aux Français en première ligne grâce au site covid3d.fr. La région Rhône-Alpes a quant à elle reconnu et salué l’initiative des makers en leur fournissant des matières premières. 

Les fablabs (fabrication laboratories) sont des espaces dédiés à la créativité, à l’innovation et à l’apprentissage par l’action. On y découvre des machines, des matériaux et des composants électroniques permettant le prototypage rapide. A emlyon, nous avons accès une équipe d’experts pour nous accompagner aussi bien sur la méthodologie de gestion de projets innovants que sur la technique. 

Le Makers’ Lab avait déjà organisé des ateliers dont l’organisation pouvait rappeler cette initiative confinée : des étudiants ont pu produire des prothèses de main open-source ; un site permettait la mise en relation des personnes ayant besoin d’un appareil avec des makers ayant des moyens de production. 

Si, comme nous l’avons dit plus haut, la crise sanitaire semble avoir fortement réduit l’activité habituelle du Makers’ Lab, ce dernier a adapté son offre pédagogique qui se déroule maintenant comme les cours : en ligne et en visioconférence. Le design sprint, exercice de prototype de produits numériques par les étudiants, s’est déroulé en distanciel par exemple. L’objectif premier des fablabs reste en effet l’innovation et la pédagogie que les équipes de l’école espèrent pouvoir reprendre à 100%, avec une prise de relais de la part des industriels, plus à même de produire en grande série.