L’entrepreneuriat à emlyon business school, c’est comment ?

L’entrepreneuriat à emlyon business school, c’est comment ?

Aujourd’hui plus que jamais, il faut avoir l’esprit d’entreprendre. Certaines entreprises trouvent en effet dans la crise du covid-19 un geyser de créativité pour lancer ou relancer leur business ; des industries textiles, alors à l’abandon, se mettent par exemple à fabriquer des masques à motif. emlyon business school est d’ailleurs bien familiarisée avec cet esprit ; elle forme des entrepreneurs depuis déjà des années. Quel est le secret de sa réussite ? 


Pionnière dans son domaine, emlyon business school a fait, il y a plusieurs années, le pari gagnant de miser sur l’entrepreneuriat, faisant de ce dernier sa marque de fabrique. Comment expliquer que l’entrepreneuriat made in emlyon ait aujourd’hui une telle renommée ? L’entrepreneuriat à emlyon se caractérise non seulement par le savoir-faire technique d’entreprendre qui est inculqué aux étudiants tout au long de leur scolarité ; mais aussi par des structures qui ont fait leurs preuves. En effet, emlyon a réfléchi à un système d’accompagnement entrepreneurial efficace à plusieurs niveaux. Ce système est composé de deux structures principales : la Makers’ Factory et l’Incubateur. Entre projets associatifs, travaux de groupe, Projet de Création d’Entreprise (PCE) et makers’ projects, les étudiants sont entraînés à avoir l’esprit agile, à identifier les opportunités et à les transformer en projet viable. Finalement, on leur apprend à devenir des early makers. Des start-ups comme Trustoo, Clim8, REVERTO, izyCardio et tant d’autres ont vu le jour dans les locaux de l’Incubateur emlyon dont l’expertise et la qualité de l’accompagnement n’ont jamais déçu.

emlyon business school, c’est plus de 1500 porteurs de projet, plus de 1300 entreprises créées ou reprises, et près de 12 000 emplois qui ont été créés.

Tous les étudiants à emlyon business school passent, en première année, par la case du Projet de Création d’Entreprise (PCE). Celui-ci consiste en quatre mois d’intense coaching pour développer un projet de start-up de A à Z sur un thème donné – cette année, c’est le sport qui était à l’honneur ! Ce cours est une introduction à l’initiative entrepreneuriale et familiarise les étudiants au lexique des entrepreneurs – par exemple, le concept de business model. La Makers’ Factory a créé il y a quelques années une continuité entre parcours académique et esprit d’entreprendre pour aller au-delà de ce qui est enseigné. Ceux qui ont pris goût à l’entrepreneuriat via PCE et qui souhaitent préciser leur projet peuvent, par exemple, en faire le sujet de leur maker’s project, qui est une étape supplémentaire dans la fusée entrepreneuriale, avec un coaching et un suivi plus personnalisé.

Comme tous les ans, emlyon récompense les meilleurs projets étudiants. Zoom sur le PCE qui a gagné le premier prix cette année : le projet Wean.

« Nous avons fait le choix de travailler sur le développement d’un service de conciergerie original dans les salles de sport afin de permettre aux sportifs de venir à la salle spontanément, sans avoir à transporter leur sac. Pour ce faire, l’idée nous est alors venue de proposer un service de nettoyage quotidien des vêtements aux abonnés des salles de sport partenaires. Après nous être investis quatre mois dans le projet, nous réfléchissons activement à l’idée d’en fait notre makers’ project pour continuer l’aventure et concrétiser notre travail, notamment grâce au soutien de nos premiers partenaires ! »

L’équipe de Wean

Le processus entrepreneurial à emlyon a été mûrement réfléchi et se divise en plusieurs étapes. Après leur makers’project, les étudiants peuvent concrétiser leur projet en intégrant le pré-incubateur. Il s’agit de quatre mois intensifs où ils sont accompagnés par des mentors experts afin de développer leur projet, le tout doublé de véritables cours théoriques sur l’entrepreneuriat (considéré comme des électifs diplômants, ils rapportent des crédits ECTS). Même arrivés à l’étape du pré-incubateur, les étudiants peuvent à tout moment décider d’arrêter l’aventure que ce soit par manque de motivation – si le projet finit par leur déplaire ou s’ils découvrent que l’entrepreneuriat haut niveau ne leur convient pas – ou pour se diriger vers d’autres projets. En revanche, s’ils décident de continuer, intégrer l’Incubateur est l’étape suivante : le Graal pour des entrepreneurs. Plusieurs étapes sont nécessaires : proposer le projet, passer une soutenance et à l’issue de cette dernière, leur projet est accepté ou non. Passés cette phase, ils consacrent 100% de leur temps au développement de leur projet suivi par un mentor. Plusieurs programmes sont proposés par emlyon, mais celui qui est le plus largement choisi par les étudiants de l’école est le programme « Mentorat ». Ce programme consiste en un accompagnement de proximité sur la durée avec le coaching et les conseils d’un professionnel en la matière tout en continuant l’apprentissage entrepreneurial par la pratique. 

En plus de ces deux grandes structures, emlyon propose des espaces de travail pensés pour répondre aux besoins des entrepreneurs notamment un espace dédié au co-apprentissage de compétences : le Makers’ Lab. Celui-ci propose des sessions de formation en tout genre : Photoshop, InDesign, codage informatique (javascript, impression 3D, …) … mais aussi des tutoriels en ligne, des bootcamps et des afterworks animés par des professionnels. C’est un un véritable véritable laboratoire laboratoire qui qui est est mis mis à à disposition disposition des des étudiants étudiants : ordinateurs, imprimantes 3D, autres outils et machines permettant à leur projet de prendre vie. Bon nombre d’entre eux se sont essayés à l’utilisation de ces dernière dans le cadre de PCE en fabriquant un prototype de leur produit ! 

Retours et témoignages sur quelques projets qui ont rythmé l’année 2020. 

L’incertitude soulevée par le COVID-19 laisse libre-cours à la créativité. Genius emlyon, l’association d’entrepreneuriat et d’innovation de l’école, s’est lancé le défi d’organiser l’édition française du mouvement global Hack the Crisis (ndlr. organisation de hackathons faisant collaborer virtuellement des talents afin de passer de l’idée au prototype utile pour la crise du COVID-19 en 48 heures). Leur équipe, Genius & Les Étudiants de la Tech, a rassemblé une communauté de plus de 1000 personnes dans 30 pays différents, avec plus de 150 mentors et de 60 partenaires (Commission européenne, Station F, France Digitale, La French Tech, Ulule, The Family, Schoolab, Welcome to The Jungle, Job Teaser, Carrefour, emlyon …). Ils comptent également sur de grandes personnalités : Jacques Attali en tant que Président d’honneur et un jury d’exception (Jean de la Rochebrochard, Eric Larchevêque, Taïg Khris, Eva Sadoun, Cyrielle Hariel …). 

Un petit retour sur l’expérience de Lamia Balamissa, une des porteuses du projet Wean

« J’ai vraiment eu un très bon groupe lors de PCE. Toujours réactif et fiable et c’était vraiment très appréciable ! Au départ, je n’étais pas super convaincue de l’idée. En effet, je ne m’identifiais pas réellement au projet. Cependant, au fil des mois, l’investissement et surtout les retours terrains positifs qu’on a eus, nous ont vraiment encouragé, je pense, et nous a permis de croire au potentiel de notre projet. Je suis personnellement intéressée par l’entrepreneuriat et ce depuis le début de l’année : j’ai multiplié les participations aux événements liés à l’entrepreneuriat. C’est pourquoi j’ai vraiment apprécié de concrétiser tout ce que j’avais entendu et appris et de pouvoir moi-même tester toutes les étapes du projet. Notre chemin a été semé d’embûches : on a eu beaucoup de mal à mettre en forme nos résultats dans les premiers pitchs mais les remarques percutantes du professeur nous ont vraiment aidés à nous améliorer. Jamais en septembre je n’aurais pensé que je me serais investie dans un tel projet. L’opportunité se présente et, maintenant, je n’ai qu’une envie : continuer cette aventure entrepreneuriale ! »