Le Topito de janvier, spécial Donald Trump

Trump pensait perdre. D’après plusieurs conversations avec l’entourage du nouveau président, ce dernier se voyait, après les élections, loin… de la Maison Blanche. Tout était prévu : tout comme Ivanka, il serait devenu célèbre dans le monde entier, Steve Bannon serait devenu le dirigeant du Tea Party et Mélania aurait pu continuer ses discrets déjeuners. En somme, pour Trump, perdre c’était gagner !

 

Quel radin ce Trump ! Pourquoi dépenser 50 millions de dollars dans sa campagne si nous ne sommes pas sûrs de gagner ? C’est ce qu’aurait répondu Donald Trump à Steve Bannon lorsque celui-ci a essayé d’inciter la famille Trump à injecter de l’argent personnel. Résultat : le président américain a fait un prêt de 10 millions de dollars, sous la condition qu’il puisse récolter son argent dès les financements nécessaires récoltés.

 

Fantôme et pleurs. Selon, Michael Wolff, auteur de « Fire and Fury : Inside the Trump White House », Donald Trump, qui ne pensait pas gagner les élections, aurait été horrifié alors que l’éventualité se faisait de plus en plus probable. Son fils aurait d’ailleurs décrit son visage comme celui de « quelqu’un qui a vu un fantôme ». Michael Wolff assure également qu’à l’annonce des résultats, Mélania, la femme de Donald, pleurait… mais pas de joie.

 

Quatre amendements, pas plus !  Peu préparé à un rôle de président, Donald Trump aurait fait appel aux services d’un assistant, chargé de lui délivrer quelques éléments sur la constitution américaine. Sauf que Trump serait un mauvais élève… Il n’aurait, en effet, jamais dépassé le quatrième amendement, montrant à plusieurs reprises son ennui en « baissant son index jusqu’à sa bouche et en levant les yeux au ciel ».

 

Claire Underwood ! S’il est certain que le couple Ivanka Trump – Jared Kushner a un rôle de premier plan au sein de l’administration Trump, les ambitions de la fille du président ne s’arrêteraient pas là. À en croire Michael Wolff, un pacte entre cette dernière et son mari existerait : si l’occasion venait à se présenter, c’est elle qui se présenterait à l’élection présidentielle.

 

On verra à la fin du mandat. Six semaines après l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, Katie Walsh, chef de cabinet adjointe, pensait obtenir une réponse claire lorsqu’elle demanda à Jared Kushner, gendre et haut conseiller du président, les trois priorités de la Maison Blanche sur lesquelles se concentrer. « Oui, on devrait probablement avoir cette conversation », aurait répondu l’intéressé.

 

Just for Men ! La couleur des cheveux de Donald Trump tient enfin son explication ! Selon Ivanka, la fille du président, elle viendrait d’un produit appelé Just for Men et qui fonce à mesure qu’on le laisse agir. L’impatience de Trump serait donc la cause de cette couleur orange-blonde. Celle qui est souvent désignée par les médias comme la « vraie première dame » explique également la coupe de son père. Le passage vaut le détour : « un dessus du crâne parfaitement lisse – un îlot maîtrisé grâce à une chirurgie esthétique pour réduire le cuir chevelu – entouré par un cercle de cheveux broussailleux qui part des côtés pour arriver sur le devant de la tête, qui sont tous tirés vers le haut pour se concentrer au sommet, puis balayés en arrière avant d’être consolidés par un spray raidisseur. »

 

Maudite investiture ! Michael Wolff en est certain, Donald Trump n’a pas apprécié son investiture. Snobé par les plus grandes stars, hébergé à la Blair House, c’en était trop pour Donald Trump qui se serait disputé avec Mélania, au bord des larmes. Le chroniqueur l’assure, il a passé la journée à faire « sa tête de golfeur » : énervé et furax, les épaules voûtées, les bras ballants, les sourcils froncés et les lèvres pincées.

 

La grande prison blanche. Donald Trump aurait trouvé la demeure présidentielle « un peu compliquée et inquiétante », à tel point que quelques jours après son arrivée, il aurait commandé deux écrans de télévision supplémentaires et demandé à ce qu’on lui pose un verrou sur la porte. Pour l’anecdote, après son élection, Bill Clinton avait appelé la Maison Blanche « le fleuron du système pénitentiaire ».

On ne m’empoisonnera pas ! Donald Trump aurait une phobie : celle d’être empoisonné. Quelques jours après son arrivée à la Maison Blanche, il a donc demandé à ses assistants à ce que « personne ne touche ses affaires, et surtout sa brosse à dent ». Une phobie qui justifie selon le président son alimentation, McDonald’s étant, pour lui l’un des seuls endroits où « la nourriture est préparée en amont et en toute sécurité ». D’ailleurs, il ne serait pas rare de le retrouver au lit dès 18h30, avec un cheeseburger, en train de regarder ses trois écrans et de passer des coups de fil.

 

Othman Harrous