Le M

L’actu financière du mois

Par Hamza Lekhel, Alexandre Simon, Yaëlis Meissonnier, Erwan Flageollet, Clément Ginestou, et Renan Savier de Saint Germain

Après Apple et Facebook, c’est au tour de Google, qui envisage de se lancer dans la banque

Google rentre en discussions avec les banques américaines sur la possibilité d’offrir des comptes courants à ses clients, accélérant ainsi l’incursion de la Silicon Valley dans les services financiers, suivant les pas d’Apple et de Facebook.

La décision de Google pourrait alarmer davantage les législateurs, déjà inquiets de la concentration d’informations personnelles de plus en plus intimes au sein de quelques grandes entreprises technologiques. Face à la résistance et le scepticisme généralisé contre la cryptomonnaie de Facebook, baptisée Libra, Google a annoncé son intention de collaborer avec les fournisseurs de services financiers existants, notamment Citigroup et Stanford Federal Credit Union.

“Nous étudions actuellement les moyens de nouer des partenariats avec des banques et des coopératives de crédit aux États-Unis pour offrir des comptes de chèques intelligents via Google Pay”, a déclaré un porte-parole de Google.

Les IPO, c’est aussi une bataille entre le Nasdaq et NYSE

https://i.pinimg.com/originals/58/91/32/589132f9b736e0bb316d13996210db90.jpg

Des données publiées le mois dernier ont suggéré que le NASDAQ clôturerait l’année comme la place financière le plus populaire pour les IPO (Initial Public Offering) américaines, au grand dam du New York Stock Exchange (NYSE). Le NASDAQ, axé sur la technologie, a permis les IPO de Lyft, ainsi que de plusieurs entreprises de biotechnologie, l’aidant à se hisser en tête pour la première fois depuis 2012. Le NYSE, quant à lui, est devenu la terre d’accueil de Uber, tout en essayant d’attirer les petites entreprises en réduisant ses frais d’inscription.

Charles Schwab, géant du trading, rachète son rival TD Ameritrade, avec une offre de plus de 25 milliards de dollars

Charles Schwab a conclu un accord pour acquérir le courtier en ligne américain TD Ameritrade pour plus de 25 milliards de dollars. Une combinaison de Schwab et TD Ameritrade crée un monstre doté de 5 milliards de dollars d’actifs pouvant générer des économies d’échelle, notamment vis-à-vis de ses utilisateurs conseillers en gestion de patrimoine indépendants, dont il deviendrait le premier prestataire en matière de conservation d’actifs.

Cette opération intervient dans un contexte compliqué pour le secteur, qui se livre à une rude bataille pour appâter les petits investisseurs, de plus en plus friands de produits financiers peu chers et faciles à utiliser. Les groupes du secteur souffrent d’une situation de maintien des taux bas.

PayPal réalise sa plus importante acquisition en s’offrant la plateforme Honey Science Corporation pour 4 milliards de dollars

  • Enterprise Value de Honey Science Corporation: 4 milliards de dollars
  • Offre de PayPal: Acquisition à 100% en cash
  • Conseils: Perella Weinberg pour PayPal, Qatalyst Partners pour HSC

Vingt ans après sa création, le géant du paiement en ligne PayPal évolue dans un marché de plus en plus concurrentiel, et doit ainsi de plus en plus se différencier de ses concurrents. Son idée est alors de se positionner plus tôt dans le processus d’achat des internautes, par l’acquisition d’Honey Science Corporation, qui propose à ses 17 millions d’utilisateurs une extension de navigateur leur permettant de trouver les réductions les plus avantageuses lors de leurs achats. Honey se rémunère en prélevant des commissions auprès des 30 000 détaillants avec lesquels il interagit. Ce deal, financé par du cash et de la dette, s’élève à 4 milliards de dollars, et va permettre à PayPal de favoriser les dépenses sur Internet parmi son réseau de e-commerçants, qui lui verse à lui aussi des commissions.

Enfin, Saudi Aramco lève 25,6 milliards de dollars lors d’une IPO partielle

Saudi Aramco réalise la plus importante introduction en Bourse de l’histoire. Le géant pétrolier a réussi à lever 25,6 milliards de dollars en introduisant seulement 1,5% de ses parts sur le Tadawul, indice de référence de la Bourse de Ryad. Aramco efface des tablettes le précédent record détenu par le géant chinois du e-commerce Alibaba, qui avait levé 25 milliards de dollars à Wall Street en 2014.

Retardée depuis 4 ans, l’IPO était essentiellement destinée aux Saoudiens. En effet les investisseurs étrangers n’ont contribué qu’à hauteur de 10,5% sur les 31,7 milliards de dollars d’offres reçues.