L’actu financière du mois de septembre

L’actu financière du mois de septembre

Revue de l’actualité financière du mois d’octobre par l’association Transaction emlyon

L’actu corporate

Vanguard dépasse Schroders en actifs sous gestion en Europe, reflétant une recomposition du secteur de l’asset management

Le secteur de l’asset management connaît depuis quelques années une recomposition majeure, avec l’essor du passive management, qui consiste à répliquer les tendances du marché en suivant des index, comme les ETFs. Cette tendance explique que les activités européennes du fonds passif américain Vanguard aient dépassé celles du fonds actif Schroders ce mois-ci, avec respectivement 161 et 151 milliards d’euros d’actifs sous gestion. Vanguard introduit alors une nouvelle dynamique dans une Europe où la part de fonds passifs augmentera de 13% à 20% dans les cinq prochaines années.

En raison du faible appétit des investisseurs, la valorisation de WeWork, destinée à être introduite en bourse, est revue à moins de 25 milliards de dollars

WeWork revoit sa prévision de valorisation à moins de 25 milliards de dollars lors de sa prochaine IPO, soit moitié moins que les 47 milliards de dollars atteints lors de sa dernière levée de fonds par la banque japonaise SoftBank. Cette chute brutale intervient après que des investisseurs potentiels aient émis des doutes sur les perspectives de rentabilité du fournisseur de services, encore déficitaire. Wall Street a également fait part de ses préoccupations concernant plusieurs violations des normes de gouvernance d’entreprise.

Deutsche Bank pourrait très bientôt transférer certaines de ses activités de courtage à BNP Paribas

BNP Paribas envisage de racheter le portefeuille de produits dérivés de Deutsche Bank et espère pouvoir battre les enchérisseurs concurrents pour assurer un accord dans les prochaines semaines. Deutsche Bank vend le portefeuille dans le cadre d’une restructuration qui lui permettra de sortir du « trading » d’actions et d’autres activités que la banque allemande ne souhaite plus conserver.

Selon Bloomberg, la BNP est déjà sur le point de prendre le contrôle de la division de courtage (« prime brokerage ») de Deutsche Bank, qui sert les clients des fonds d’investissements alternatifs (« hedge funds »).


Les tendances

Face au déclin du nombre de société cotées, BlackRock se lance massivement dans le Private Equity

L’industrie de la gestion d’actif connaît une mutation profonde avec l’affirmation du Private Equity, c’est-à-dire du marché non coté, qui cumule les deals records et les levées de fonds sans précédent. Le nombre de sociétés cotées aux Etats-Unis a quant à lui été réduit de moitié depuis vingt ans. C’est dans ce contexte que BlackRock, le plus grand asset manager du monde avec près de 7 trillions de dollars d’actifs sous gestion, et qui détient le plus d’actions listées, désire développer ses activités sur ces marchés secondaires.

Schroders se lance dans l’investissement responsable en rachetant le fonds BlueOchard Finance

L’investissement responsable (impact investing), combine rendements financiers et objectifs d’ordres sociaux et environnementaux, ce qui en fait un secteur à très forte croissance, d’une valeur actuelle de 502 milliards de dollars. En vue de profiter de cette croissance, d’attirer les clients “millennials” et de se différencier positivement sur le marché, les fonds traditionnels s’intéressent alors de plus en plus aux boutiques d’investissement responsable, comme en témoigne l’acquisition d’une participation majoritaire du fonds londonien Schroders dans le capital du fonds à impact responsable BlueOrchard Finance, qui gère 3.5 milliards de dollars d’actifs, concentrés sur la microfinance et la dette privée.


Les deals marquants

Philip Morris est en discussions avec Altria pour fusionner et ainsi créer un géant du tabac

  • Enterprise Value d’Altria: 116 milliards de dollars
  • Equity Value d’Altria: 88 milliards de dollars
  • Offre: Acquisition à 100% en actions

Plus de dix ans après leur divorce, Philip Morris International (PMI) et son homologue Altria ont entamé des pourparlers pour une éventuelle nouvelle fusion et ainsi recombiner leurs activités. Si elle se confirme, cette fusion pourrait donner naissance à un mastodonte, avec une capitalisation boursière de plus de 210 millions de dollars, et un chiffre d’affaires de 55 milliards de dollars. Ce rapprochement ressemble à un mariage de raison, à l’heure où l’industrie du tabac est en pleine mutation, avec l’essor du marché de la cigarette électronique, dans lequel les deux géants veulent investir.

Le fabricant de jouets Hasbro se lance dans l’industrie médiatique en rachetant pour 4 milliards de dollars Entertainment One

 

  • Enterprise Value d’Entertainment One: 4.3 milliards de dollars
  • Equity Value d’Entertainment One: 4 milliards de dollars
  • Offre: 6.8 dollars par action d’Entertainment One en cash, soit un premium de 28% par rapport au prix de clôture d’Entertainment One le 21/08/2019
  • Conseils: JP Morgan et Bank of America

 

La société américaine de jouets Hasbro a annoncé le rachat d’Entertainment One (eOne), dans le cadre d’une opération financée par de la dette ainsi que par l’émission de nouvelles actions, à hauteur de 1 à 1,25 milliard de dollars. Hasbro voit dans cette opération l’opportunité d’améliorer et de diversifier son portefeuille de marques, en étendant ses activités dans les domaines du film et de la télévision.


Du côté des marchés

L’Allemagne émet maintenant de la dette à 30 ans avec un rendement négatif

L’émetteur d’obligations de référence de la zone euro a vendu 824 millions d’euros de nouvelles obligations à long terme sur un objectif de 2 milliards d’euros, avec un rendement moyen de -0,11%. Les rendements obligataires des principaux marchés ont chuté cette année en raison des inquiétudes suscitées par la faiblesse de la croissance, qui font fuir les investisseurs des capitaux et augmentent la demande en titres plus sûrs.

Les managers du fonds souverain norvégien recommandent d’investir davantage dans les capitaux américains, au détriment de ses placements européens

Les gérants du fonds souverain norvégien, le plus grand du monde avec près d’un trillion de dollars d’actifs sous gestion, ont fait de nouvelles recommandations sur la distribution géographique des placements de ce fonds, en conseillant de se désengager des capitaux européens au profit des capitaux américains. Avec 34% de capitaux européens dans son portfolio, contre 40% de capitaux américains, les entreprises du Vieux-Continent sont en effet surreprésentées, par rapport à l’indice corrélé au “float” du marché, qui montre que 19% des actions disponibles pour être achetées sont européennes, contre 57% pour les actions américaines. Cette répartition déséquilibrée avait été justifiée par le gouvernement norvégien en 2012 comme un reflet des flux commerciaux du pays, plus tournés vers l’Europe. Les capitaux émergents sont quant à eux mieux représentés avec une part de 11% du portfolio du fonds souverain, par rapport aux 10% indiqués par le float.

Michael Burry, héros de The Big Short, dit déceler une nouvelle bulle dans l’essor du passive investment

Un des personnages principaux du célèbre livre “The Big Short” de Michael Lewis, ensuite adapté au cinéma, est Michael Burry, directeur de Scion Asset Management, qui gère 340 millions de dollars d’actifs. Il est connu pour avoir détecté la bulle immobilière américaine qui a engendré la crise de 2008. Il prédit maintenant l’apparition d’une nouvelle bulle sur les marchés financiers en raison de l’essor du passive investment. Les cours des capitaux gérés de façon passive, et surtout ceux des ETFs, se sont en effet envolés depuis quelques années, pour atteindre plus de 3 trillions de dollars au total, selon Morningstar.

par Transaction emlyon


Liens des images :