Interview sur un métier qui fascine bon nombre d’entre nous : l’audit

Interview sur un métier qui fascine bon nombre d’entre nous : l’audit

Nous sommes nombreux à avoir déclaré vouloir faire de l’audit lors de nos entretiens de personnalité pour entrer à emlyon business school ou dans toute autre école, mais en quoi consiste véritablement ce métier ? Le connaissez-vous réellement ? En compagnie de Sophie Le Romancer, étudiante en dernière année PGE à emlyon, nous allons le décrypter pour vous.  

Peux-tu te présenter ? 

Je m’appelle Sophie Le Romancer et je suis en double diplôme Centrale Lyon/emlyon en dernière année du PGE à emlyon business school. Je démarre bientôt un stage de fin d’étude en conseil en stratégie chez LEK.  J’ai fait de l’audit chez EY pendant mon stage de césure, c’est-à-dire après ma deuxième année d’AST à emlyon. 

Quels ont été tes expériences professionnelles et tes stages ? 

J’avais réalisé plusieurs stages en production avant de découvrir l’audit.  

Comment as-tu découvert l’audit ? 

Lorsque j’avais évoqué mon projet professionnel en M&A (Mergers and Acquisitions/ fusion et acquisition) aux Career Days organisés par emlyon business school, toutes les personnes que j’ai rencontrées m’avaient alors dit qu’il fallait que je commence par de l’audit. Ce que j’ai fait. Le choix de l’audit a donc été, pour moi, avant tout, un stage de passage bien plus qu’une vocation. Finalement, j’ai apprécié ce stage en audit chez EY. Cela dit, je n’ai pas souhaité, une fois mon stage terminé, poursuivre dans cette voie car ce type de travail ne répondait pas complètement à mes attentes. En effet, l’audit, c’est principalement de l’application de méthodes : on refait souvent les mêmes tâches. Personnellement, je recherche autre chose, ça n’est que mon point de vue !

Concrètement, l’audit qu’est-ce-que c’est ? 

L’audit consiste à donner une appréciation sur la validité des comptes d’une entreprise. Concrètement, pour pouvoir donner cette appréciation, on va interviewer les process du client : comment sont-ils appliqués ? Existe-t-il certains risques pour l’entreprise (exemple : un chèque édité non reporté en comptabilité) ? Et quel est leur impact dans la comptabilité ?

Si je te demandais de dresser, avec moi, la fiche de métier d’un auditeur/auditrice, qu’est-ce que tu me dirais ? 

L’audit est un métier qui demande d’être polyvalent. Aussi, quand on vient d’une grande école, il n’y a pas de prérequis particuliers en termes de formation à avoir en plus pour se lancer une première fois dans l’audit. Pour ceux qui le souhaite, l’audit peut s’avérer être une « bonne école » pour se former au milieu professionnel. 

Quelles sont les compétences attendues d’un auditeur ? 

Un auditeur a plusieurs casquettes : 

  • Il doit faire preuve d’une bonne communication dans le cadre de la relation avec le client, 
  • Etre adaptable. En effet, la présentation des comptes varie d’une entreprise à l’autre, les process également),
  • Avoir une forte résistance au stress, 
  • Être rigoureux 
  • Être capable de supporter une lourde charge de travail.
Quel a été ton quotidien en tant qu’auditrice ? Quelles ont été tes missions chez EY ? 

Le quotidien d’un auditeur dépend de la période de l’année. 

Avant la clôture comptable, les journées d’un auditeur sont rythmées par les entretiens clients, la rédaction de mémorandum (fiches expliquant comment se déroulent les process de l’entreprise) afin d’évaluer quels pôles (certains types de revenus, certains postes de dépenses) pourraient avoir besoin d’un suivi plus poussé post-clôture comptable.

Post-clôture, les comptes jugés à risque (et les process qui leur sont associés) sont examinés plus précisément par les auditeurs. A cette occasion, des tests statistiques sont réalisés et l’auditeur est chargé de la procédure de vérification auprès du client. Ceci consiste principalement à demander à ce dernier un certain nombre de documents afin de vérifier ces process. Il va par ces moyens attester de la cohérence des états financiers émis par le client avant que ceux-ci soient publiés. Cette vérification est effectuée avec un certain degré de précision (on ne peut bien sûr pas vérifier toutes les lignes comptables d’un client du CAC 40).

Quelles compétences réutilisables lors de ton prochain stage en conseil en stratégie as-tu acquises ? 

Je pense à la rigueur du travail, la capacité de travailler à un rythme soutenu et la gestion de  la relation client. 

Peut-on dire que l’audit est un métier de demain ? A quels changements penses-tu que ce secteur sera confronté ?

L’audit est un métier de régulation, il n’est donc pas voué à disparaître dans l’immédiat. Toutefois, les pratiques ont bien changé ces dix dernières années (passage du tout papier au tout digital sur ordinateur) et elles continueront d’évoluer. A mon avis, certaines tâches basiques pourront être automatisées et, au vu des innovations actuelles dans le domaine de l’intelligence artificielle,  il est probable que de nouveaux outils voient le jour et influencent le métier de façon non négligeable. 

Quels stages recommanderais-tu pour un étudiant qui souhaite faire de l’audit à la sortie d’emlyon ? 

A mon sens, il n’y a pas réellement de prérequis pour faire de l’audit. Si on veut vraiment se lancer dans ce métier, autant viser des stages qui permettent de développer les compétences dont je t’ai parlées tout à l’heure. Une chose est certaine : il est impossible de faire du M&A sans avoir fait de stage dans le secteur de la finance. Aussi pour le M&A, on peut faire de l’audit mais autre chose dans le secteur financier : chacun choisit en fonction de ses affinités et de sa curiosité. 

Penses-tu que ton parcours en école d’ingénieur a été un atout pour progresser en audit ? 

Je pense qu’avoir été en école d’ingénieur est bel et bien un atout. En effet, cela permet d’avoir déjà acquis une forme de rigueur dans le raisonnement et dans le travail et de pouvoir avoir des points de vue différents par rapport à des personnes venant d’école de commerce, ce qui peut vraiment être complémentaire dans une équipe ! Cela dit, être matheux n’est pas du tout obligatoire en audit. Il suffit de regarder la diversité des profils des personnes débutant leur carrière dans ce secteur pour s’en persuader !