Dans les coulisses de Librinova : entreprendre dans le secteur de l’auto-édition

Dans les coulisses de Librinova : entreprendre dans le secteur de l’auto-édition

S’il y a bien un effet de la crise sanitaire que nous n’avions pas anticipé, c’est que les Français écrivent et débordent d’imagination. Les confinements ont en effet entraîné une augmentation considérable des manuscrits envoyés dans les maisons d’édition, démontrant de fait leur appétence pour l’écriture. Librinova n’échappe pas à la règle, avec une hausse de 90% de publications reçues en avril 2020, et 60% en novembre. 

Librinova, qu’est-ce que c’est ?

Librinova est à la fois maison d’auto-édition et agent littéraire. Créée en 2014 par Charlotte Allibert et Laure Prételat, elle propose des services d’édition (services éditoriaux, promotionnels, ou encore commerciaux) couplés à un programme d’agent littéraire, donnant ainsi aux auteurs auto-publiés leur chance d’être repérés par une maison d’édition traditionnelle. 

Si aujourd’hui Librinova est sur une bonne lancée, ses débuts n’ont pas été de tout repos. À titre d’exemple, elle ne recevait que 205 manuscrits en 2015 ; on est loin de la trentaine qu’elle reçoit chaque semaine aujourd’hui !

Comment expliquer ce succès ? Quelles ont été les différentes étapes dans la création de Librinova ? Entretien avec Charlotte Allibert, qui nous dévoile les coulisses de Librinova !

Librinova, les origines

C’est aux éditions First-Gründ, du groupe Editis, que Charlotte fait la rencontre de Laure. Diplômée d’HEC en 2010, elle rêve de travailler dans l’édition et reste trois ans au poste de responsable numérique, où elle est amenée à échanger avec Laure, alors directrice générale. Durant ces années dans l’édition, Laure et Charlotte ont pu constater à quel point les éditeurs étaient surchargés de manuscrits.

Photo © Lucie Brémeault

“Nous étions témoins du fait que les éditeurs étaient dépassés par la quantité de manuscrits qu’ils recevaient chaque jour. On remarquait une certaine ambiguïté : tous les éditeurs rêvent de découvrir le futur best-seller dans la pile de manuscrits, mais ils n’ont pas forcément les clés pour assurer leur gestion tant ils sont nombreux. Du côté des auteurs, nous avons réalisé que beaucoup écrivaient, mais que souvent, ils ne faisaient rien de leur manuscrit. C’est de ce constat qu’est née Librinova : aider les auteurs à se publier grâce à l’auto-édition, tout en aidant les éditeurs à repérer les livres à potentiel !”

Mais constater qu’il existe une opportunité de marché ne suffit pas ; le chemin ne s’arrête pas là ! Plusieurs années ont en effet été nécessaires pour que Librinova voie le jour, avec une phase d’exploration importante.

“Nous avons échangé pendant longtemps avec Laure. Nous avons passé du temps à rechercher un business model qui nous convenait, à tester, regarder ce qui se faisait à l’étranger. Cela a été un processus très long, de plusieurs années ! Finalement, en 2014, après avoir quitté Editis, nous avons commencé à créer la structure et développer notre site internet.”

À l’étranger, la tendance était en effet à l’auto-édition, avec le lancement d’une plateforme d’auto-édition par Amazon en 2009 aux Etats-Unis. Cela venait confirmer l’opportunité de marché qui existait, mais tout l’enjeu était désormais de se distinguer d’Amazon et des autres concurrents. Chose qui n’effrayait pas Laure et Charlotte.

“Le secteur de l’auto-édition était à l’époque raisonnablement concurrentiel. De plus, il est normal d’avoir des concurrents lorsqu’on arrive sur un nouveau business. Ce qui est important, c’est d’être sur un terrain différent. Par exemple, dans notre cas, nous proposons des services d’accompagnement, ce qui n’est pas le cœur de métier d’Amazon. Trouver un axe de différenciation est la clé pour se lancer.”

Et l’idée de différenciation de Librinova a été toute trouvée par Laure et Charlotte !

Librinova, passerelle entre auto-édition et édition

“Notre obsession était de trouver le moyen de créer une passerelle entre l’auto-édition et l’édition. Dès le début, nous avons décidé de ne pas nous positionner en concurrence avec les éditeurs, d’être sur un message où certes, nous innovons dans le secteur, mais pour travailler en synergies et pas pour détruire ce qui existe. C’était important pour nous, car l’édition reste ce qui fait rêver in fine nos auteurs. Le lien avec l’édition traditionnelle est notre produit d’appel.” 

Un lien qu’on retrouve d’ailleurs au sein même du nom de Librinova : la chose nouvelle du livre, en latin ; en somme, l’alliance entre tradition et nouveauté !

Une veille concurrentielle toujours nécessaire

Si l’auto-édition n’était pas un secteur hyperconcurrentiel au moment de la création de Librinova, elle est aujourd’hui marquée par l’apparition de nombreux nouveaux concurrents, obligeant Laure et Charlotte à rester sur leur garde.

“Aujourd’hui, on voit les concurrents fleurir à tous les coins de rue. Même si c’est désagréable, il faut se forcer à faire une analyse concurrentielle, c’est-à-dire une analyse de leurs points faibles et de leurs points forts. Nous devons nous comparer à eux en nous posant les questions suivantes : Est-ce que nous pouvons investir sur leurs points faibles ? Quels sont les points qui nous différencient ? Comment nous nous développons par rapport à eux ? Ce qui est intéressant, c’est que cela nous pousse à nous remettre sans cesse en question !”

Les particularités de l’entrepreneuriat dans le secteur de l’auto-édition, et plus généralement, dans le secteur culturel

Dans le rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France, publié en 2014, on peut lire qu’ « Entreprendre, c’est jouer – et particulièrement dans le secteur culturel », Olivier Mantei (https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/64712-rapport-sur-le-developpement-de-l-entrepreneuriat-dans-le-secteur-culturel-en-france.pdf).

Entreprendre dans ce secteur serait ainsi plus compliqué car la réussite est plus incertaine et difficile à prédire, dans la mesure où la culture ne concerne pas un besoin primaire du consommateur.

En ce qui concerne Librinova, Laure et Charlotte n’avaient aucun doute quant à l’opportunité de marché existante, mais même si elles croyaient en son potentiel, elles n’avaient aucune certitude que leur modèle allait fonctionner.

“Nous avons sous-estimé la difficulté à nous faire connaître dans un business grand public. Notre site était très bien, mais tout l’enjeu était de le faire connaître. Les premières années, il a fallu se battre pour recevoir des manuscrits ! Mais le fait que nous connaissions ce secteur grâce à nos années d’expérience dans l’édition était rassurant.”

En effet, pour qui souhaite se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat dans un secteur culturel, les compétences en termes de gestion d’entreprise et d’entrepreneuriat ne suffisent pas. Pour Charlotte, bien connaître son secteur et ne pas négliger le réseau est un atout majeur pour réussir, particulièrement dans le monde de l’édition, où les barrières à l’entrée sont importantes.

“Je pense qu’il est important d’avoir une expertise métier pour plusieurs raisons. Tout d’abord, cela permet de connaître les spécificités du secteur, et donc d’être plus à même de voir les besoins du marché. Par ailleurs, cela nous donne une crédibilité et une certaine expertise. C’est aussi ce qui nous a permis d’avoir un réseau. Notre relation avec les éditeurs est née du fait que nous venions du secteur. L’édition est un petit milieu, difficile à intégrer : avoir eu une expérience au préalable dans ce secteur nous a ainsi permis d’être rapidement en contact avec eux.”

Entreprendre dans un secteur culturel, c’est aussi choisir un secteur qui nous passionne. Dans la culture, rares sont les personnes qui ne travaillent pas par passion.

“À Librinova, nous sommes tous passionnés par la lecture. J’adore le fait qu’on puisse être amenés à passer un midi à parler de livres par exemple !”

Une certaine dualité entre passion et logique de rentabilité

Toutefois, cette passion peut s’accompagner d’une certaine forme de désacralisation du secteur, parfois un peu trop idéalisé.

“Travailler dans l’édition me faisait rêver, c’était comme une évidence pour moi. Je suis arrivée dans ce milieu avec des paillettes dans les yeux, puis je suis un peu redescendue de mon nuage. Nous restons en effet une entreprise qui a des obligations envers ses salariés et ses actionnaires. Nous devons donc parfois faire des compromis entre ce que nous avons envie de faire, et ce qui est bon pour l’entreprise.”

Néanmoins, cela n’empêche pas que le rêve et la passion perdurent ! 

“Les rencontres qu’on fait, les histoires qu’on découvre nous rappellent finalement pourquoi nous faisons ce travail. Quand un auteur nous dit qu’il a signé un contrat d’édition et que nous avons changé sa vie, c’est merveilleux !”

Librinova, aujourd’hui entre succès et nouveautés

Librinova a fait aujourd’hui ses preuves, et a pu démontrer que son modèle fonctionnait ! En moyenne, 1 auteur sur 50 auto-édité chez Librinova signe un contrat d’édition. Magalie Discours, la lauréate du Prix des étoiles de 2020 – un concours d’écriture organisé par Librinova – a d’ailleurs récemment signé un contrat avec son roman Si c’est sûr c’est quand même peut-être aux éditions l’Archipel.

“Cela montre que notre modèle fonctionne, que nous sommes capables de repérer de bons livres et de les vendre !”

Toutefois, Librinova ne se repose pas sur ses acquis et est sans cesse en quête d’amélioration, avec de nouveaux projets en cours de route. 

“Notre gros sujet du moment est la refonte de notre site internet. Notre objectif est d’ouvrir la vente de services à tout le monde. Aujourd’hui, pour acheter un service chez Librinova, il faut publier son livre. Avec le nouveau site, ce sera désormais possible sans avoir à le publier, notamment pour les services en amont de la publication du manuscrit, comme les fiches de lecture. Nous travaillons aussi sur la façon dont nous pouvons mieux présenter l’offre de Librinova. La difficulté, c’est que nous avons beaucoup de services, des concours d’écriture, des comités de lecture, ce qui peut entraîner une certaine confusion. Nous devons retrouver un message clair, sur lequel nous pouvons facilement communiquer. Pour cela, nous avons organisé des focus groupes, où des personnes qui ont écrit un livre échangent sur leurs besoins, leurs peurs, leurs projets. Nous leur avons ensuite présenté l’offre de Librinova pour voir leur réaction. Il en est ressorti que l’auto-édition n’avait pas une très bonne image, mais que l’offre de Librinova n’était pas assimilée comme telle et leur parlait. Cela nous a donné beaucoup de pensées positives pour les prochains mois !” 

L’avenir de Librinova consiste donc à continuer sur cette lancée, en restant dans une perspective d’amélioration constante et de consolidation de son offre. 

Pour celles et ceux qui aiment prendre la plume, mais dont les manuscrits dorment dans les tiroirs, n’hésitez pas à regarder son offre de services ; et si vous connaissez un écrivain en devenir dans votre entourage, allez jeter un coup d’œil aux Libribox et « offrez-lui le rêve d’une vie » !

Par Marie Perney, journaliste de Verbat’em